[Infographie] Les télétravailleurs français envisagent de changer d’emploi à cause des processus de leur entreprise

La multinationale ABBYY, spécialisée dans l’intelligence digitale, dévoile les conclusions de sa nouvelle étude menée en novembre dernier en collaboration avec Opinium Research en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis. Le rapport dresse l’analyse de l’impact de la crise sanitaire sur la transformation technologique des entreprises. Les résultats mettent en exergue les conséquences négatives d’une mauvaise gestion des processus qui poussent ainsi un tiers des français à vouloir changer d’emploi.

Les télétravailleurs français envisagent de changer d’emploi à cause des processus de leur entrepriseCes enseignements contrastent avec l’avance prise par la France dans la course à l’automatisation stimulée par les récentes initiatives gouvernementales en faveur de l’adoption des technologies. Un tiers (34 %) des répondants déclarent manquer de motivation professionnelle en raison des mauvais processus. L’étude démontre que parmi les pays étudiés, la France est celui où le manque de motivation est le plus marqué. Les répondants sont également plus d’un tiers (37 %) à déclarer une baisse de la qualité dans leurs processus de collaboration dans leur entreprise causée par la distanciation sociale.

Les résultats de l’étude soulignent les difficultés rencontrées par 8 français sur 10 au quotidien (83 %) dans le cadre du télétravail. Ce chiffre laisse présager des mouvements professionnels importants une fois la crise terminée. Fait contrastant et rassurant cependant pour le maintien des embauches, la grande majorité des Français ont confiance dans l’efficacité des processus d’onboarding de nouveaux collaborateurs ou clients à distance (respectivement 88 % chacun).

A lire aussi : Automatisation : en 2021, l’enjeu sera de réécrire les modes de collaboration

La complexification et la mauvaise gestion des processus en entreprise impactent de façon négative le quotidien des Français en télétravail, qui est déjà responsable de l’émergence d’un sentiment d’isolement pour 29 % d’entre eux malgré la généralisation de cette nouvelle organisation du travail. L’implémentation de processus digitaux simplifiés permet ainsi de réduire le stress et les difficultés qui y sont liés pour limiter l’impact sur la santé mentale des Français. Un fait à mettre en parallèle avec les récentes déclarations du ministre de la Santé qui font état d’une hausse considérable des syndromes anxieux et dépressifs en France.

Les Français consacrent une à deux heures par jour à la réalisation de tâches automatisable

La crise sanitaire stimule l’accélération des projets de transformation digitale au sein des entreprises et les collaborateurs en attestent. 75 % (versus une moyenne de 64 % sur l’ensemble des pays étudiés) indiquent que leur entreprise a fait des efforts en ce sens depuis le début de la pandémie.

Les Français sont 58 % à utiliser ces technologies (robots, automatisation, outils collaboratifs, …) au quotidien. La moitié (50 %) d’entre eux pensent qu’ils sont bénéfiques. Pour autant, les entreprises françaises ne profitent pas encore de tout le potentiel offert par les outils de digitalisation : en moyenne les Français consacrent entre une et deux heures par jours de leur temps de travail à la réalisation de tâches chronophages qui pourraient être ainsi automatisées. Ces besoins concernent notamment la numérisation des documents (41 %), la classification de données et de documents (33 %) ou encore la résolution de problèmes informatiques (28 %).

L’impact de la mauvaise gestion des processus en entreprise sur le quotidien des Français

– 32 % des Français se sentent délaissés par les processus trop complexes

– 51 % des Français trouvent que les processus complexifient le quotidien

– 42 % des Français estiment perdre du temps à cause des processus

– 66 % des Français pensent que les processus peuvent être simplifiés

« La crise sanitaire soulève des questions d’ordre sociales, économiques et technologiques, les entreprises doivent impérativement mettre en place des stratégies pour fluidifier le quotidien de leurs effectifs afin de prospérer dans ce nouveau paradigme. L’étude démontre que les entreprises françaises prennent à bras-le-corps les problématiques technologiques pour le bien-être de leurs collaborateurs et le maintien de leurs activités, néanmoins, elles doivent réviser leur approche compte tenu de la généralisation des nouveaux modes de collaboration à distance.

Les solutions technologiques d’automatisation et de collaborations peuvent soulager le quotidien des équipes mais à condition d’être implémentées de façon adéquate et personnalisée à la lumière d’une bonne compréhension de la manière d’opérer de chaque service. La technologie doit plus que jamais prendre en compte le facteur humain, et non seulement les questions relatives à la productivité, car sur le long terme les résultats économiques ne seront pas au rendez-vous. », indique Linda Ameur, directrice France chez ABBYY.

  • Malgré l’offre pléthorique de solutions digitales, 8 Français sur 10 rencontrent des difficultés professionnelles quotidiennes qu’ils attribuent à la mauvaise qualité des processus de leur entreprise.
  • La France domine sur l’adoption des nouvelles technologies au travail (58 % à des solutions d’automatisation), mais il reste encore du chemin à parcourir pour ce qui relève de l’adoption de l’IA, en effet, plus de la moitié des entreprises françaises n’ont pas encore implémenté des technologies de ce type (54 %).
  • 75 % des français déclarent que leur entreprise a implémenté de nouveaux outils digitaux depuis le début de la pandémie.

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elit. Donec accumsan leo ut non