LinkedOut : le recrutement inclusif à l’épreuve de la réalité

Davantage de diversité, davantage d’inclusion… sur le papier, tout le monde est d’accord. Mais de là à sauter le pas, il y a un gouffre. Par où commencer ? Quels risques ? Quels bénéfices ? Le réseau Entourage a imaginé « LinkedOut », un outil digital doublé d’un accompagnement de terrain. Objectif : favoriser la rencontre entre les entreprises et les candidats.

Recruter en changeant le monde C’est une start-up sociale du digital : LinkedOut, « le réseau de ceux qui n’en ont pas », se met au service de candidats « en grande précarité, prêts et motivés pour travailler » qu’elle rend visibles grâce au partage de profils.

A lire aussi : [Diaporama] 11 start-up pour recruter différemment

Les utilisateurs des réseaux sociaux plus traditionnels, notamment Linkedin avec qui LinkedOut travaille main dans la main*, sont invités à ouvrir leurs réseaux et à viraliser les CV. Mais ce n’est pas tout. En parallèle, LinkedOut frappe à la porte des entreprises pour leur proposer de recruter différemment.

Car on se frotte ici au choc de deux univers : les exclus de l’emploi d’un côté, qui sans contacts n’ont que très peu de chances de retrouver un poste, et les recruteurs de l’autre, aux pratiques souvent très codifiées.

Les peurs sont réelles de part et d’autre, et si l’outil digital est indispensable pour toucher le plus grand nombre, l’accompagnement humain l’est tout autant. Il n’est pas question d’envoyer des candidats « LinkedOut » chez l’employeur sans une passerelle.

Quelle part pour le digital dans le modèle d’intégration ?

dossier inclusion guerre des talents Cette passerelle, c’est l’équipe de l’association. Pour permettre aux candidats de « retrouver une place dans l’entreprise et dans la société » elle leur met à disposition des coachs individuels et leur propose si besoin des formations.

Du côté des recruteurs, elle les épaule solidement lors de l’embarquement du candidat.
« C’est normal que les entreprises aient besoin de ressources et d’accompagnement pour intégrer des candidats parfois très éloignés de l’emploi et des codes de l’entreprise, souligne Amandine Milcent, directrice de projet LinkedOut, et c’est tout notre enjeu d’arriver à trouver le bon équilibre. »

LinkedOut s’est interrogé sur la part du digital dans son modèle : où placer le curseur ? « Nous avons passé du temps avant de bien comprendre où la « tech » servait notre impact, et où elle pouvait le dénaturer. Par exemple, nous avons choisi de maintenir les rendez-vous entre les candidats et leurs coachs, en physique pour maintenir le lien humain et social. »

A ce jour, plus de 70 entreprises ont joué le jeu, pour une centaine de candidats recrutés. Parmi lesquelles, on compte ManoMano, Cegedim, FoodChéri, ou encore ID2.

De belles histoires ont été forgées en 3 ans. Il y a par exemple celle d’Ali, recruté au service clients de ManoMano. « Après un parcours de migration, Ali, qui ne maîtrisait pas bien le français, ne trouvait pas d’emploi. Mais il parle arabe, italien et anglais, avec un relationnel incroyable », raconte Amandine Milcent. Aujourd’hui, c’est un collaborateur précieux. De manière générale, mieux vaut partir du candidat et voir ce qu’il peut apporter à l’entreprise, plutôt que l’inverse : essayer de le faire entrer dans une fiche de poste pré-établie. »

Provoquer réellement la « rencontre transformante »

Autre belle aventure, celle de Billy, recruté en alternance à la DSI du groupe Pluralle, une entreprise de conseil en gestion de patrimoine (800 collaborateurs) qui a créé le poste spécialement pour lui.

« C’est moi qui l’ai présenté au Président de Pluralle, Julien Joubert, et à son DSI Pascal Muller, explique Vincent Picard, senior advisor pour Entourage. J’ai fait 20 ans de recrutement. Tout le monde trouve l’idée de LinkedOut super. Mais pour passer pleinement à l’action, c’est souvent autre chose. C’est pour cette raison que nous avons besoin de personnes moteurs en interne et de provoquer les rencontres entre le candidat et l’employeur. Un CV, ça ne suffit pas. »

Vincent appelle cela la « rencontre transformante ». Et pour avoir échangé avec Amandine et lui, aucun doute : ces rencontres-là sont belles et bien de nature à changer une vie.

Une initiative à suivre, donc ; car LinkedOut s’est donné pour objectif 2023 d’avoir accompagné pas moins de 500 candidats.

*LinkedOut est un est un projet porté par l’association Entourage, qui permet l’accompagnement des personnes les plus précaires ou en situation d’exclusion pour un retour à l’emploi. Linkedin soutient la mission et les valeurs véhiculées par ce dispositif, et a contribué au lancement de ce projet en ayant accordé une utilisation limitée de sa marque LinkedOut par le biais d’une licence.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *