[Tribune] Comment les plateformes collaboratives peuvent-elles contribuer à développer l’intelligence collective ?

Nicolas d’André, directeur Commercial chez Slack en France nous donne son avis sur de nombreuses entreprises ont profondément modifié leur cap pour répondre aux changements rapides de leur écosystème.

Nicolas d'André

Nicolas d’André, directeur Commercial chez Slack en France

Il s’agit notamment d’accroître la diversité, de se concentrer sur la productivité et de favoriser une coopération efficace. Ensemble, ces trois priorités font partie intégrante de l’intelligence collective telle qu’elle est définie par le philosophe Pierre Levy.

À lire aussi : Le rôle du climat de confiance dans la capacité à créer une intelligence collective au service de l’innovation

Que doivent faire les organisations françaises pour développer cette intelligence collective et en tirer profit ? Comment vont-elles exploiter leur intelligence collective comme un facteur de différenciation concurrentiel ? Les outils de collaboration détiennent une partie de ces réponses.

Briser les silos d’information

La fluidité des flux d’informations joue un rôle essentiel dans la performance d’une entreprise. Avant toute chose, les entreprises françaises doivent s’interroger sur le lieu de stockage de l’information et sur les individus qui y ont accès. Dans une entreprise trop hiérarchisée, l’information circule en silos. Les discussions restent cloisonnées et les documents utiles se transmettent uniquement de façon restreinte voir confidentielle, sans transparence ni traçabilité.

À l’inverse, dans les plateformes de messagerie collaboratives par canaux – les discussions, partage de fichiers, échange d’informations, intégrations d’applications tierces – sont centralisés dans un seul espace intuitif, sécurisé et facile à appréhender. Avec ces avantages, les outils collaboratifs deviennent l’un des moteurs de l’intelligence collective. Ils permettent d’encourager la créativité, l’innovation et la productivité. Ces trois éléments sont des facteurs de différenciation essentiels entre les leaders et les retardataires, et ils constituent la base de toute organisation performante.

C’est ce qui ressort d’une récente enquête réalisée en France par OpinionWay pour la plateforme de messagerie collaborative, qui démontre que les employés interrogés ont mentionné la technologie au service de l’intelligence collective (31 %) et la transparence des communications (21 %) comme des facteurs clés ayant permis à leur entreprise de sortir gagnante de la crise.

Illustrons-le par l’exemple du plus grand campus de startups du monde, Station F. Cet incubateur vient de lancer une plateforme qui aide les entrepreneurs qui ont une idée, mais ne savent pas comment s’y prendre pour la lancer. La mise à disposition d’un espace de travail Slack fait partie de la partie « communauté » du programme. Grâce à cette communauté, ses membres auront notamment accès à un « annuaire » complet où ils pourront visualiser les compétences de chacun et en savoir plus sur leur projet. Ils pourront, par exemple, indiquer s’ils recherchent un cofondateur ou non. Grâce à cet espace de travail Slack dédié et partagé entre tous les membres du programme, ils pourront échanger sur différents sujets pour nourrir leur concept ou lancer les prochaines étapes de leur création d’entreprise, pourront s’associer pour apprendre les uns des autres et/ou d’autres entrepreneurs à succès ou encore partager leurs conseils avisés sur les formations qu’ils suivent.

Créer un hub de collaboration centralisé

Il est clair qu’un partage transparent des connaissances permet de résoudre les problèmes plus rapidement. Cependant, de telles approches reposent sur l’utilisation d’outils de collaboration efficaces.

Les plateformes de messagerie basées sur les canaux remplissent cette fonction en permettant un échange d’informations transparent avec les personnes appropriées, au bon moment et au bon endroit. La création d’un environnement de travail qui réduit les obstacles à la communication et les frictions contribue à la création d’un environnement de travail efficace. Plus d’alignement signifie plus d’efficacité et la possibilité de libérer tout le potentiel des individus. Elles allient également le meilleur des deux mondes en permettant aux travailleurs de choisir entre les modes de communication synchrone et asynchrone, en adéquation avec leurs besoins personnels. La communication asynchrone permet à chacun de répondre à son propre rythme. Par conséquent, les individus sont en mesure de fonctionner d’une manière qui leur permet de produire un travail qualitatif tout en restant flexibles, ce qui aboutit à un résultat final qui reflète davantage leur valeur ajoutée. Lorsque les employés sont mieux à même de prendre des décisions judicieuses, l’organisation en bénéficie dans son ensemble.

Enfin, la facilité et la rapidité avec lesquelles les documents et les informations peuvent être transmis via des canaux collaboratifs se traduisent par un gain de temps considérable pour les entreprises. Selon une enquête menée par Wakefield Research pour Slack, les utilisateurs de plateformes basées sur des canaux gagnent en moyenne 90 minutes par jour par rapport à l’utilisation d’e-mails. Lorsque les courriels indésirables sont remplacés par des discussions partagées, l’efficacité et le bien-être augmentent en conséquence.

La culture et l’alignement comme avantage concurrentiel

Une culture organisationnelle forte est l’objectif ultime de toute entreprise en quête d’intelligence collective. La culture organisationnelle est l’ensemble des valeurs, des attentes et des pratiques qui guident et informent les actions de tous les membres de l’équipe. Une entreprise au fonctionnement flexible, capable d’exploiter ses atouts en matière d’intelligence collective se développera avec une résilience et une stabilité accrues – et en retirera un avantage concurrentiel certain.

Compte tenu du rôle croissant des sièges numériques d’entreprises, complémentaires de leurs homologues physiques, il est essentiel de tirer parti des deux pour favoriser des synergies positives. D’autant plus que les QG numériques deviennent des hauts lieux de la culture d’entreprise. L’adoption d’un tel état d’esprit agile nécessite la création d’un environnement de travail numérique complet.

À cet égard, les plates-formes de messagerie basées sur les canaux sont des outils clés pour construire un espace de travail numérique holistique qui rassemble les connaissances, les talents et les compétences. Grâce à une orchestration claire des informations, chacun bénéficie d’un meilleur suivi de l’avancement des projets et peut s’aligner plus efficacement avec ses collègues pour atteindre des objectifs communs. Les tâches sont clairement réparties et les connaissances sont accessibles à tout moment. A leur niveau, les managers ont une meilleure visibilité sur l’activité des équipes. Le travail se fait plus rapidement, mais il est aussi mieux géré grâce aux échanges constants qui favorisent une bonne circulation de l’information.

À lire aussi : Intelligence digitale : l’impératif de la sobriété numérique

En appliquant ces principes, les entreprises françaises peuvent facilement tirer parti des atouts de leurs travailleurs tout en renforçant la culture d’entreprise. Lorsque la culture du lieu de travail est en phase avec tous les travailleurs, ceux-ci sont plus susceptibles de se sentir en confiance, soutenus et respectés. Les entreprises qui accordent de l’importance à la culture peuvent également surmonter et s’adapter plus facilement aux périodes difficiles de leur marché et en sortent renforcées.

L’intelligence collective repose sur toute une série de facteurs : des outils de collaboration éprouvés qui stimulent l’agilité et la productivité, des méthodes de travail qui permettent d’aligner le travail à distance et les bureaux, et des informations non cloisonnées. Dans un tel contexte, les plateformes de messagerie basées sur des canaux sont des outils essentiels pour éliminer les silos de connaissances, humains et organisationnels. En ce qui concerne les nouveaux impératifs de l’avenir du travail, les entreprises peuvent notamment tirer parti de l’intelligence collective pour garder une longueur d’avance sur leurs concurrents et gagner la guerre des talents. Avec l’essor du travail hybride, les entreprises émergeront en faisant travailler ensemble leurs employés de manière plus créative et efficace, et par leur capacité à unir tous leurs talents au service d’un objectif supérieur commun !

 


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *