[🎥Plus Forts Ensemble] avec Benjamin Chemla, cofondateur de Shares

Shares, le 1er réseau social dédié au trading bientôt dans toute l’Europe !

La solution de la Fintech française Shares permet à chacun de passer des ordres, gérer son portefeuille et discuter de ses investissements avec ses amis et sa famille… Elle sera bientôt disponible dans toute l’Europe, nous explique Benjamin Chemla, l’un de ses trois cofondateurs.

Principalement appréciée des jeunes actifs et diplômés (60 % ont moins de 25 ans) et des femmes (40 %), la FinTech française Shares sera déployée dans toute l’Europe dès le mois de novembre prochain.

Cofondée en avril 2021 par Benjamin Chemla, Chief Executive Officer (ex-Stuart), François Ruty, Chief Technology Officer et Harjas Singh, Chief Product Officer, elle affiche à ce jour 150 000 utilisateurs au Royaume-Uni, pays où elle est pour l’instant disponible. Elle vise toutefois à devenir d’ici à trois ans un des acteurs mondiaux sur ce marché en pleine expansion (Robinhood, Public.com, FreeTrade, Trading Republic…).

A lire aussi : Caption Market : la revente d’actions pour récompenser les efforts de la French Tech

Une dimension Ă©ducative

Fin juillet 2022, la Fintech a annoncé une levée de 40 millions de dollars, quelques mois seulement après un amorçage de 8,5 millions d’euros. Parmi les investisseurs : le fonds américain Valar Ventures, créé par le co-fondateur de PayPal Peter Thiel, qui accompagne également la scale-up Qonto, sa seule autre participation en France. Au total, Shares a ainsi levé 90 millions de dollars auprès de Valar Ventures, Singular et Global Founders Capital.

Son originalité ? Shares met l’accent sur la collaboration au cœur de sa plateforme et propose un outil entièrement réglementé. Ses utilisateurs peuvent y investir dès 1 euro et interagir dans le cadre de communautés ouvertes ou de groupes plus resserrés. De même, des informations financières, diverses alertes et conseils sont diffusés aux investisseurs en herbe… pour les avertir de tout risque potentiel. Le service support de Shares veille ainsi à créer l’environnement le plus sûr pour ses utilisateurs.

Avec ce lancement à l’échelle européenne, Shares annonce également vouloir diversifier les placements. Actuellement, 2 000 titres américains sont disponibles, mais « nous intègrerons peu à peu les stocks européens et les crypto-monnaies », explique Benjamin Chemla, l’un des trois confonateurs, dans l’entretien vidéo accordé la semaine dernière à Alliancy.

Aujourd’hui, la scale-up compte 220 collaborateurs, dont un tiers en full remote. Le reste est réparti entre ses bureaux du Royaume-Uni (1/3), en Suède, Espagne, France (1/3), Allemagne et Pologne.

A noter que l’application Shares est dĂ©jĂ  disponible sur l’Apple App Store (pour les appareils iOS) et le Google Play Store (pour les appareils Android) pour les rĂ©sidents du Royaume-Uni. Pour les personnes vivant hors du Royaume-Uni, Shares permet de s’inscrire sur une liste d’attente afin d’avoir accès Ă  l’application dès son lancement dans leur pays.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

↑