Cet article fait partie du dossier

Question de culture : Vers l’organisation apprenante
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

La RH Tech au service de l’entreprise apprenante

« L’entreprise apprenante », c’est un peu comme la « culture d’entreprise » : on peut multiplier les définitions sans qu’aucune ne soit ni complètement juste, ni complètement fausse. Mais elles tournent toutes autour du même axe : la capacité d’adaptation. Une entreprise apprenante reste en phase avec son écosystème. Les DRH et managers portent une grande partie de la responsabilité : pour les épauler, la RH Tech a lancé récemment de nombreux outils.

Former les managers

RH Tech au service de l’entreprise appren

Commençons par le début, avec ceux qui sont chargés d’épauler tout le reste des effectifs : les managers. Unow, spécialisé dans la formation à distance, a lancé cette année une nouvelle gamme dédiée au management.

On y trouve des formations spécifiques pour la prise de fonction, un module de gestion des conflits, une formation pour « manager au quotidien », avec des objectifs et des indicateurs précis, un sujet autour de la délégation et de la responsabilisation des équipes ou encore une formation spéciale « management hybride ».

Ces formations sont tutorées et certifiantes.

« Le manager est le bras armé de la déclinaison opérationnelle des orientations stratégiques de l’entreprise. Accompagner sa montée en compétences et outiller sa pratique quotidienne constituent l’investissement le plus rentable pour atteindre les objectifs, diminuer le turnover, renforcer l’engagement individuel et collectif », estime l’équipe de Unow.

Rapprocher les managers des DRH

La question est pertinente : managers et DRH, même combat ? UKG s’interrogeait en ce mois de novembre 2022.

« Alors que le recrutement, la formation et l’engagement des collaborateurs constituent le quotidien des professionnels RH, pour atteindre leurs objectifs, plus de 40% des DRH estiment qu’un relais de la part des managers est essentiel. De leur côté, 70% des managers considèrent que les ressources humaines ont un rôle fondamental à jouer dans le maintien de la cohésion d’équipe, l’engagement collaborateur, l’intelligence collective et les différentes attentes et besoins des collaborateurs. »

Pour renforcer la collaboration entre managers et DRH, l’éditeur a organisé un webinaire, accessible en replay pendant plusieurs mois.

Organiser de « vraies » réunions

L’entreprise apprenante s’inspire du Lean Management pour éviter les gaspillages : pertes de temps et d’énergie. Or, les réunions « à l’ancienne » constituent un solide réservoir de temps perdu. Sans parler des visio-conférences, qui ont parfois transformé nos journées en file ininterrompue de réunions.

Trop de monde autour de la table, pas d’objectifs à atteindre en sortie de réunion, une prise de parole descendante et des slides qui auraient très bien pu rester des PJ dans un email… Pour lutter contre la « réunionnite », des start-up comme Comet Meetings, qui propose des lieux dédiés aux réunions, ont des idées et études à partager. 

Klaxoon est l’un des acteurs majeurs de la « réunion nouvelle génération » et propose sur son site de nombreuses ressources et contenus pour progresser.

Repenser l’entretien annuel

C’est la saison des entretiens annuels… et ce rituel autrefois inamovible est aujourd’hui sérieusement remis en cause.

Une enquête OpinionWay pour Javelo (plateforme d’optimisation des entretiens) indiquait fin septembre que 48% des salariés français perçoivent l’entretient annuel comme un « pic de stress, le moment où tout se joue ».

Et pour 54% d’entre eux, cette épreuve n’est pas suffisamment suivie d’actions concrètes.

« 47% des salariés estiment qu’il s’agit d’une prestation orale dont on fait dépendre leur avenir. Cela peut les inciter à transformer ce moment critique en jeu de rôle, au risque de le théâtraliser et de valoriser les mises en avant personnelles ou stratégies de l’ego, complète Javelo. 44% des salariés perçoivent un exercice subjectif avec beaucoup d’enjeux sur lequel ils n’ont pas prise. »

Une entreprise apprenante ne devrait-elle pas étirer dans le temps l’accompagnement et l’évaluation de ses collaborateurs, pour s’adapter en temps réel ? Il s’agirait alors de préparer l’avenir, plutôt que de se focaliser sur l’année écoulée.

33% des salariés pensent qu’il faut remplacer l’entretien annuel d’évaluation par des échanges plus courts et mieux répartis pendant l’année. « Nous conseillons toujours de refaire un point trois mois après l’entretien annuel afin de voir si le collaborateur a bien “digéré” l’entretien. Un point à 6 mois permet également de réajuster le plan d’action défini », conseille Anne-Sophie Clément, chez Javelo.

Utiliser la réalité virtuelle

WiXar est une plateforme spécialisée dans l’apprentissage immersif et collaboratif. Ses formations WiXar simulent des situations professionnelles pour faciliter l’acquisition de compétences en situation de travail.

L’ergonomie est au centre de l’expérience utilisateur : l’apprenant devient un « spect-acteur » de la formation. Il peut prendre des décisions, se tester, se tromper et recommencer jusqu’à acquérir les bons réflexes.

Parmi ses clients figurent Atalian, pour une formation dédiée aux agents de services hospitalier (ASH) ainsi que le Grand Port Maritime de Marseille et l’Union fluviale et maritime, avec un module pour faire découvrir les professions portuaires « de manière plus émotionnelle », pour susciter des vocations.

Soutenir l’innovation

Une entreprise apprenante est aussi une entreprise étendue, qui croit en la force de son écosystème et qui le cultive. L’innovation ouverte fait partie de ses bonnes pratiques, avec la capacité de partager ses données.

Certaines start-up se sont lancées sur ce terrain-là, comme Umi qui teste les projets d’innovation, Early Metrics qui cartographie et estime la valeur des start-up ou encore Qmarkets qui fournit des logiciels de gestion d’idées.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.