Cet article fait partie du dossier

Data & IA : au service de la reprise ?
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Rubypayeur lutte contre les factures en souffrance

Les demandes de recouvrement sont en hausse, conséquence directe de la crise que nous traversons. Rubypayeur, qui a développé la première solution de recouvrement communautaire de créances, veut devenir la référence des pratiques de paiement.

Rubypayeur lutte contre les factures en souffrance

Les impayés sont la première cause de faillite des entreprises françaises.

Les problèmes de trésorerie font trop souvent partie du quotidien des entreprises… Créée en janvier 2019 par Alexandre Bardin, la start-up Rubypayeur est d’ailleurs née suite à trop d’impayés lors d’une précédente aventure entrepreneuriale ! D’où son objet d’intervenir dans le recouvrement de créances (même d’un petit montant), en intégrant notamment une dimension communautaire à la procédure de recouvrement amiable.

Rubypayeur (taux de commission de 5 % pour ses services) permet ainsi de signaler tout retard de paiement… en indexant le nom du mauvais payeur sur Google si un recouvrement amiable ne se fait pas. Quand on recherche l’entreprise dans le moteur de recherche, on arrive alors sur sa fiche répertoriée dans l’annuaire de Rubypayeur. De quoi inciter très rapidement les mauvais payeurs à réagir…

Selon le dernier baromètre de Bpifrance publié le 16 novembre 2020, seuls 50 % des dirigeants estiment que le niveau de leur trésorerie est suffisant pour pouvoir surmonter la crise. Dans ce contexte, Rubypayeur fait à nouveau le constat d’une très forte hausse des impayés et de la rétention de trésorerie entre entreprises.

Cette notion de « recouvrement communautaire pour lutter contre les impunités », selon le dirigeant, se base sur l’annuaire de la start-up qui recense la totalité des entreprises françaises (14 millions de fiches, soit 258 millions de données librement accessibles). « Nous avons eu plus de 50 000 téléchargements de documents depuis la rentrée parmi les 47 millions de documents* que compte notre base de données ! », précise-t-il, ajoutant qu’à l’inverse, Rubypayeur propose aussi à ses membres d’être labellisés quand ils affichent de bonnes pratiques de paiement… (Name & Fame). « Notre souhait est de donner un maximum d’informations pour un maximum de transparence. C’est une vraie révolution ! »

A lire aussi : La confiance, condition clé de succès pour les professionnels de l’IA

Pour avoir confiance et accorder un délai de paiement, il faut savoir avec qui on travaille, estime le dirigeant. En 2017, 56 milliards d’euros de créances sont restés impayés en France (2 % environ du PIB) pour seulement 1,5 milliard recouvré, selon le dernier rapport de l’ANCR, le syndicat national des cabinets de recouvrement de créances et de renseignements commerciaux. Le simple respect de la loi concernant les délais de paiement permettrait ainsi de libérer 12 milliards d’euros par an de trésorerie…

Aujourd’hui, 1 500 sociétés utilisent les services de Rubypayeur, qui vont de l’indépendant à la grande société, en passant par les start-up et TPE/PME. En plus de la procédure amiable, Rubypayeur propose aussi un service de recouvrement judiciaire (et éventuellement forcé) comme des rapports de solvabilité, payants cette fois.

Alexandre Bardin, (fondateur de Rubypayeur) : « Sans transparence, pas de confiance » Cliquez pour tweeter

En 2021, la « notation » des entreprises en temps réel arrivera également, basée sur 40 critères de valeur différente. « Grâce au Machine Learning, nous allons aller plus loin dans l’analyse des données dont nous disposons. En temps réel, nous pourrons alors afficher un indicateur de risques allant de 1 à 100. Mais si un secteur d’activité est particulièrement touché, comme le secteur de la restauration par exemple actuellement, l’outil en tiendra compte », explique-t-il.

Si la concurrence est sévère dans le domaine du recouvrement, le jeune chef d’entreprise juge leurs coûts prohibitifs et par là, non accessibles à bon nombre d’entreprises, notamment les plus petites et les indépendants.

Début 2020, la société a levé 1 million d’euros auprès de Cameleon Invest, d’AngelSquare Fintech et d’investisseurs privés à l’instar du fondateur d’Eskimoz, Andréa Bensaid. Basée à Paris, Rubypayeur compte aujourd’hui 6 salariés (4 sur le recouvrement et 2 sur la data).

* PV d’AG, statuts, bénéficiaires effectifs, comptes annuels… De nombreux documents sont téléchargeable gratuitement, récupérés en open data via divers organismes comme l’Inpi.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *