Cet article fait partie du dossier

Environnement : Le numérique, un problème et une solution
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Sobriété énergétique : les opérateurs télécoms peuvent mieux faire

Dans le cadre de la première édition de son enquête annuelle « Pour un numérique soutenable », l’ARCEP rend publics les indicateurs collectés auprès des quatre principaux opérateurs télécoms français pour suivre l’évolution de leur empreinte environnementale. D’autres acteurs du numérique seront bientôt concernés.

Pour cette première édition, trois catégories d’indicateurs ont été collectés par l’Autorité de régulation auprès des principaux opérateurs télécoms : les émissions de gaz à effet de serre, l’énergie consommée par leurs réseaux et leur activité de vente, collecte, reconditionnement et recyclage des téléphones mobiles.

Émissions de gaz à effet de serre : une baisse en trompe-l’œil

Les émissions de gaz à effet de serre des quatre principaux opérateurs de communications électroniques ont globalement diminué sur la période 2017-2020, pour atteindre 362 000 tonnes équivalent Co2 en 2020.

Emissions CES

La contraction de l’ensemble des émissions, qui a débuté en 2019, est principalement due à la baisse des émissions directes, liée à l’optimisation progressive des flottes de véhicules de société et à l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments.

Emissions directes

En revanche, les émissions de gaz à effet de serre indirectes, liées à la consommation électrique – responsables des deux tiers des émissions globales des opérateurs – progressent pour leur part, principalement en raison des déploiements des réseaux mobiles mais également de l’augmentation des usages sur ces réseaux.

Emissions indirectes

Le mobile deux fois plus gourmand en énergie que le fixe, et le cuivre quatre fois plus que la fibre

La consommation énergétique des réseaux fixes et mobiles n’a cessé de croître entre 2016 et 2020, pour atteindre 3 800 GWh. En moyenne, l’accroissement s’élève à +6 % par an. Au global, la consommation énergétique des réseaux (hors datacenters) provient à 85 % des réseaux d’accès, qu’ils soient fixes et mobiles, dont 58 % sont issus des boucles locales mobiles et 27 % des boucles locales fixes.

Consommation energetique reseaux

Les réseaux d’accès cuivre consomment, en moyenne, environ 35 kWh par abonnement en 2020, contre moins de 10 kWh sur les réseaux fibre, ce qui représente un rapport de près de 1 à 4.

Collecte de terminaux pour reconditionnement : des progrès et du travail en perspective

La majeure partie de l’empreinte carbone du numérique (79 %) est due aux terminaux (téléviseurs, ordinateurs, téléphones…). Les terminaux constituent donc un enjeu majeur de l’analyse de l’empreinte environnementale du numérique. L’accroissement de la durée d’utilisation de ces équipements est un levier potentiel de réduction de l’impact du numérique.

Les données sur la vente et la collecte de téléphones mobiles des quatre principaux opérateurs de communications électroniques montrent qu’en 2020 les téléphones mobiles vendus directement par les opérateurs représentent une part minoritaire (38 %) des ventes totales de téléphones mobiles en France (cette proportion est évaluée à près de 80 % pour la clientèle des entreprises).

données sur la vente et la collecte de téléphones mobiles

Ceux vendus reconditionnés (155 000 en 2020) par les opérateurs représentent une part très faible (2 %) des 8,1 millions de terminaux mobiles qu’ils ont vendus. En comparaison, sur l’ensemble des téléphones mobiles vendus en France (21,4 millions), 13 % étaient reconditionnés, soit 2,8 millions.

Afin d’accroître la durée de vie des terminaux mobiles par leur réemploi ou la réutilisation de pièces détachées, 870 000 téléphones ont été collectés par les quatre principaux opérateurs, un niveau en net recul en 2020 du fait de la crise sanitaire, alors que ce niveau progressait un an auparavant. Parmi eux, 710 000 ont été collectés avec pour objectif leur reconditionnement.

Une majorité (53 %) des smartphones inutilisés sont conservés par leurs propriétaires. Ces terminaux pourraient, dans de nombreux cas, être réutilisés, en les revendant sous forme d’équipements reconditionnés, ou par la réutilisation de pièces et matériaux pour la production d’autres équipements.

Avec les nouveaux pouvoirs qui lui ont été confiés fin 2021, l’Arcep va progressivement étendre sa collecte de données, jusqu’à présent limitée aux seuls opérateurs télécoms, à d’autres acteurs du numérique comme les fabricants de terminaux ou les opérateurs de centres de données.

 La démarche « Pour un numérique soutenable » de l’Arcep

 En juin 2020, l’Arcep a lancé une plateforme de travail « Pour un numérique soutenable », appelant associations, institutions, opérateurs, entreprises du numérique, personnalités intéressées à y contribuer. Après un semestre ponctué de cinq ateliers thématiques et deux « grandes discussions » auxquels 127 participants se sont joints, l’Arcep a publié un rapport d’étape, fruit de ces échanges, et alimenté par 42 contributions écrites d’acteurs participants. Dans ce rapport, le régulateur formulait 11 propositions pour conjuguer développement des usages et réduction de l’empreinte environnementale du numérique.


Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *