Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Internet des objets – Drones civils, une filière décolle

Par Christophe Guillemin

Internet des objets - Drones civils, une filière décolle

Inspection de pylones haute tension par des drones de Redbird

Depuis près de deux ans, les drones à usage civil sont autorisés en France. Quelque 400 entreprises se sont positionnées sur ce secteur à fort potentiel. Elles réalisent déjà des missions dans le domaine agricole, l’énergie ou l’audiovisuel. Mais le vrai décollage commercial de la filière est attendu pour cette année.

Un drone survolant des parcelles agricoles pour surveiller la croissance des végétaux… voilà la solution commercialisée en février par Delta Drone, l’un des principaux acteurs français de cette nouvelle filière des drones civils. Deux engins sont nécessaires pour fournir le service : l’un de type « avion », qui établit la cartographie générale de l’exploitation ; l’autre de type « hélicoptère », qui vole à proximité des végétaux pour les observer au millimètre. Cette solution devrait permettre à un exploitant agricole de suivre avec précision l’évolution de ses cultures et d’agir en conséquence au niveau de l’épandage des engrais et des pesticides, ou de l’irrigation. Le drone sera-t-il bientôt un équipement courant de l’agriculteur français, au même titre que la moissonneuse-batteuse ou le tracteur ? « Au Japon, les drones ont remplacé les hélicoptères à 95 % pour l’épandage des pesticides », souligne Emmanuel de Maistre, président de la toute récente Fédération professionnelle du drone civil (FPDC) et également dirigeant de Redbird. Cet opérateur de drones propose aussi des solutions dédiées au monde agricole, basées sur des aéronefs capables de déterminer l’état de vigueur du couvert végétal sur des parcelles allant jusqu’à 500 hectares.

Lire la suite :

L'accès à la totalité de l'article est reservé aux abonnés.

Vous n’êtes pas abonné ?

Bénéficiez de notre offre spéciale d’abonnement !