Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

La simulation, outil de compétitivité

panges-Total-supercalculateur-article

Pangea, le supercalculateur de Total (ici à Pau), verra sa puissance multipliée par trois d’ici 2016. Il disposera en 2016 d’une capacité de stockage de 27 pétabytes soit l’équivalent de 5,7 millions de DVD ! © Total

Déjà largement utilisée dans les grandes entreprises, la simulation numérique est appelée à jouer un rôle clé, côté conception, dans l’usine du futur.

Aujourd’hui, la simulation numérique est systématiquement pratiquée par les grandes entreprises de certains domaines comme la mécanique – aéronautique, automobile, défense… – pour concevoir leurs produits. Ses bénéfices sont immenses. En simulant leur comportement mécanique, thermique, électrique, aérodynamique en étudiant leur réponse en fatigue ou à des sollicitations vibratoires – la liste n’est pas exhaustive –, l’industrie a trouvé un formidable outil d’innovation et de compétitivité. Innovation, car avec la simulation, il est désormais possible de concevoir « bon du premier coup », donc de se lancer sans crainte dans des designs innovants. Pensez à l’Airbus A380. Compétitivité, car en « intensivement » on réalise des produits plus performants. Grâce à elle, on fait plus léger, plus économe en énergie, plus étanche, plus résistant. On améliore la longévité. On diminue les vibrations, on fait plus silencieux… En outre, la simulation ne se limite pas aux produits. Les procédés de production sont aussi l’objet du calcul numérique pour, eux aussi, être plus performants et plus efficaces.

Lire la suite :

L'accès à la totalité de l'article est reservé aux abonnés.

Vous n’êtes pas abonné ?

Bénéficiez de notre offre spéciale d’abonnement !