L’assurtech Alan voit l’avenir en grand

Quelques mois après sa précédente levée de fonds de 23 millions d’euros, la start-up parisienne de l’assurtech Alan annonce un nouveau tour de table de 40 millions d’euros bouclé auprès d’Index Ventures et de DST Global.

L’assurtech Alan voit l’avenir en grand

Dans le métro parisien, devant la publicité de la société, toute l’équipe d’Alan, start-up cofondée par Jean-Charles Samuelian (PDG) et Charles Gorintin. Au total, elle a levé 75 millions d’euros depuis sa création fin 2016. (DR)

Créée fin 2016, la start-up parisienne, qui compte aujourd’hui 27 000 utilisateurs (100 000 visés d’ici à deux ans), vient de lever 40 millions d’euros pour continuer le développement de son offre 100 % en ligne et améliorer l’expérience utilisateur grâce à la rapidité des remboursements ou de l’envoi de devis. Ses nouveaux actionnaires ? Index Ventures, actionnaire entre autres de BlaBlaCar, Dropbox ou TransferWise et DST Global, présent au capital de Stripe.

Son objectif désormais : couvrir 100 % des salariés d’entreprises de moins de 500 personnes (TPE et PME) et des indépendants. Alan souhaite également poursuivre le développement d’offres disruptives, telle l’Alan Map pour faciliter la recherche d’un médecin en fonction du taux de remboursement de la consultation ou la téléconsultation accessible gratuitement grâce à un partenariat avec la solution Livi (filiale du suédois Webbhälsa, également actionnaire de Kry). Alan est également l’une des trois start-up à l’origine de la plateforme de services pour faciliter la vie des travailleurs indépendants avec Qonto et Malt.

 

 

La société, qui vise d’abord à se renforcer sur le marché français et convaincre de grandes compagnies d’y adhérer, compte pour y parvenir recruter plus d’une centaine de personnes cette année, pour approcher un effectif entre 150 et 200 salariés.

Pour atteindre l’objectif de 100 000 personnes couvertes en 2020, Alan devra d’ici là séduire des entreprises de grande taille, comme l’expliquait Jean-Charles Samuelian, dans un post en anglais, publié le 7 janvier dernier… Cliquez pour tweeter

Elle réalise désormais 22 millions de chiffre d’affaires avec plus de 2 000 sociétés en portefeuille (dont WeWork, Le Slip Français, Ledger, Converteo…), mais vise les 100 millions et 100 000 personnes couvertes d’ici à deux ans.

 

 

 

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *