Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Le Wagon à Lyon : coder pour exprimer ses idées

Étienne Moreau et Mathieu Geiler, deux jeunes autoentrepreneurs, ont ouvert à Lyon (Rhône) une franchise de l’école de code informatique « Le Wagon » pour développer l’apprentissage de connaissances techniques et l’émergence de projets améliorant les services.

Étienne Moreau et Mathieu Geiler apprécient la pédagogie de l'école. ©Le Wagon

Étienne Moreau et Mathieu Geiler ont apprécié la pédagogie de l’école. ©Le Wagon

Séduits par la méthode d’apprentissage basée sur l’expérimentation, deux jeunes autoentrepreneurs de 25 et 26 ans, Étienne Moreau et Mathieu Geiler, ont ouvert en janvier dernier la 18ème franchise de l’école du Wagon à Lyon (Rhône). Une vingtaine d’inscrits ont déjà bénéficié de cette formation accélérée. Le concept : proposer un apprentissage technique du code informatique en neuf semaines, sur le modèle des bootcamps américains. Les élèves – développeurs, entrepreneurs ou étudiants – sont notamment formés à la programmation Ruby et l’architecture de logicielle avant de développer leur propre projet. L’école Le Wagon a été créée en 2014 à Paris et a fait des émules : depuis, des franchises ont été ouvertes dans douze pays.

Rien ne les prédestinait pourtant au code : « Nous étions en école de gestion et de management et nous avons créé ensemble MakerTour, répertoriant et explorant les Fablabs en France et en Europe. Au cours de notre expédition de six mois, nous avons rencontré les fondateurs du Wagon et nous avons tout de suite eu une curiosité pour ce projet alors que nous n’avions jamais écrit une ligne de code », se rappelle Étienne Moreau.

Le code va entrer dans tous les secteurs

Tous deux ont suivi l’été dernier la formation de l’école dans leur ville respective (Nantes et Lille). « Je ne pensais pas que je serais capable de développer un site web seul, avoue Étienne Moreau. Les professeurs ont été capables de vulgariser des concepts techniques dans une approche différente de ce que j’ai connu pendant mes cinq années d’études précédentes. » Les deux associés ont travaillé les trois dernières semaines de leur formation sur un projet. Étienne Moreau a participé à l’élaboration du projet LiveTonight avec Henri Jousse pour mettre en relation des bars et des musiciens. De son côté, Mathieu Geiler a travaillé sur un projet de carnet électronique d’entretien de son véhicule.

À lire aussiEmmanuel Stanislas de Clémentine – Que faut-il penser de l’émergence des « Ecoles de Code » ?

En ouvrant leur propre établissement, ils souhaitent encourager l’émergence de projets impactant la vie quotidienne : « Qu’on le veuille ou non, le code va entrer dans tous les secteurs car l’homme veut toujours des services plus confortables et le code le permet. Plus les gens sauront coder, plus ils pourront prendre des initiatives qui ont du sens. Si l’on ne sait pas coder, on est dépendant des solutions des autres. » Ils sont également conscients des enjeux que soulève l’explosion de l’intelligence artificielle : « Les algorithmes prennent des décisions en fonction du scénario codé. Or, on ne sait que rarement qui code et quelles sont ses intentions. Nous voulons qu’il puisse y avoir des contre-pouvoirs », fait remarquer Étienne Moreau.

Pénurie de candidats

Après le lancement en 2013 de l’École 42 de Xavier Niel à Paris, les formations liées au code se sont multipliées. « Une autre école de développeurs a ouvert à Lyon mais elles sont toutes spécialisées, nous voulons nous différencier en nous plaçant à la croisée des techniques », expliquent les fondateurs du Wagon à Lyon. Les deux entrepreneurs se réjouissent de rassembler des profils atypiques, de designer aux data scientists, favorisant une embauche dans différents domaines. « Il y a une pénurie sur tout le territoire. Dans la région Rhône-Alpes, 6 000 postes ont été non pourvus dans le numérique, explique Étienne Moreau. Par ailleurs, la moyenne du turn-over est de 18 mois et les entreprises ne savent pas comment trouver de nouveaux codeurs. »

Le Wagon à Lyon espère arriver à un rythme de quatre sessions par an, identique à celui de l’école parisienne. Tous deux comptent aussi multiplier les rencontres et les initiations gratuites au sein de l’établissement.

Renseignements sur Meetup Le Wagon.
Les inscriptions pour la session estivale du Wagon à Lyon sont ouvertes. 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *