Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Un label participatif note les applications de santé

dmd Santé, une société rémoise fondée en 2012, annonce le lancement de mHealth Quality. Un label qui aura pour but de certifier la qualité des applications médicales. Celles-ci pullulent sur les stores d’Apple et Android, et si certaines peuvent se révéler très utiles, d’autres ne servent qu’à récupérer nos données personnelles. « On assiste à un tsunami d’applications santé », explique Guillaume Marchand, psychiatre et cofondateur de dmd Santé. Selon lui, près de 46% de ces applications sont désinstallées après le 1er usage, un chiffre qui monte à 90% après le cinquième usage. « On a voulu créer un label pour remédier au système de classement des stores (Apple et Android) qui se basent uniquement sur le nombre de téléchargements et non sur la qualité d’une application », ajoute-t-il.

Le label mHealth Quality analyse un ensemble de critères pour juger la pertinence et la qualité d’une application. Définis par dmd Santé, ces critères évaluent le respect juridique, la valeur d’usage ou encore la pertinence des contenus médicaux. « Seuls 24% des créateurs d’applications médicales déclarent l’intervention d’un professionnel durant le processus de développement », affirme Mobin Yasini, Directeur de Recherche et Développement pour dmd Santé. La société est ainsi composée d’une dizaine de collaborateurs parmi lesquels, des médecins, un juriste, un sociologue ou encore une pharmacologue. L’équipe peut ainsi passer au crible et sur différents points de vue la qualité intrinsèque d’une application.

Un label participatif

Selon Guillaume Marchand, une bonne application doit respecter les critères médicaux (rappel de traitement opportun, consultation d’informations médicales justes, etc.) mais doit aussi correspondre aux besoins des utilisateurs (information claires, navigation efficace). dmd Santé a donc défini un critère « valeur d’usage » pour son label mHealth Quality. « Nous avons soumis les applications testées à un panel d’utilisateurs, l’objectif étant de créer une marque qui inspire confiance », précise le psychiatre. Lorsqu’une application est soumise à l’équipe, cette dernière juge le fond tandis que le panel d’utilisateurs va juger la forme.

Afin d’établir un système de notation le plus complet possible, dmd Santé a fait appel à la société Pradeo, spécialisée dans la sécurité informatique des applications. « Sur l’ensemble des applications téléchargeables sur les stores, on estime à 30% celles qui présentent des menaces », révèle Clément Saad, président de Pradeo. La société de sécurité informatique fait donc partie du circuit de notation du label ; elle étudie le codage des applications pour vérifier qu’il n’y a pas de récupération de données, ni de programmes malveillants.

dmd Santé ambitionne à terme la création d’un store dédié qui regroupera l’ensemble des applications médicales et permettra de les trier selon la note obtenue, définie par le label mHealth Quality.

Alliancy, le mag est partenaire de l’écosystème santé et bien-être by myself. Pour en savoir plus, rdv sur le site dédié : sante.alliancy.fr


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *