Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Hello Tomorrow Challenge, une compétition de start-up encore plus internationale

Hello-Tomorrow-article

Hello Tomorrow édition 2014 © Hello Tomorrow

Encore une compétition de start-up ? Créé en 2014, le Hello Tomorrow Challenge a la particularité d’être international et interdisciplinaire. L’appel à candidatures, lancée en décembre 2014, a reçu 3 600 dossiers venant de 90 pays, dans six catégories : transport et mobilité ; énergie et environnement ; matériaux de construction ; IT ; agroalimentaire ; santé. La première édition en 2014 avait reçu 1 200 candidatures dans 5 catégories (biotech, big data, télécoms, robotique et énergie). Les 30 demi-finalistes sélectionnés en 2015, dont 5 Français, sont invités à pitcher les 25 et 26 juin à la Hello Tomorrow Conference, à la Cité des Sciences, à Paris, devant une audience de 2 500 participants (scientifiques, entrepreneurs, investisseurs, industriels et innovateurs). Sont par exemple attendus David Miller (Chief Technology Officer de la Nasa), Steve Brown (Chief Evangelist & Futurist de Intel). Les 6 meilleures startups (1 par catégorie) remporteront un prix de 15 000 €,  et parmi elles, le gagnant de l’édition emportera le Grand Prix de 100 000 €  offert par Orange. Une journée investisseurs à Bpifrance, le 24 juin, précèdera la conférence.

Hello Tomorrow est une association créée par Xavier Duportet, docteur en biologie et créateur d’une start-up en biotechnologie. Elle est soutenue par le Quai d’Orsay, dont le réseau contribue à faire connaître le challenge à travers le monde.

Des 3 600 dossiers reçus pour 2015 se dégagent quatre grandes tendances de l’innovation scientifique & technologique autour de l’intelligence artificielle et algorithmes au service d’un réseau optimisé ; la production et la transformation locale (autonomie énergétique et alimentaire pour des communautés isolées) ; les interactions corps-machine (matériaux et capteurs intelligents, connectés, et integers) et, enfin, les nanotechnologies au service de l’industrie.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *