Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Frédéric Mazzella (BlaBlaCar) : cultiver l’esprit tribu

Le 24 novembre 2016, Frédéric Mazzella, 40 ans, présidait la deuxième édition du « Prix des Startup
normaliennes » à l’ENS-ULM, remporté par LightOn*, qui développe une nouvelle génération d’ordinateurs optiques, optimisés pour les calculs de l’IA. L’occasion de revenir sur son attachement aux innovateurs et sa façon de gérer sa société, BlaBlaCar, en croissance continue.

Frédéric Mazzella (BlaBlaCar) : Cultiver l'esprit tribu

Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar © Blablacar

Alliancy, le mag. La soirée de remise de prix s’achève. Est-ce important pour vous de présider un tel événement en tant qu’ancien élève de l’ENS ?

Frédéric Mazzella. Je suis très heureux que l’entrepreneuriat et la création d’initiatives et d’entreprises aient leur place à Normale sup. À l’époque où j’y étais, je n’ai pas souvenir que l’on m’ait dit que créer une société pouvait faire partie de mon parcours futur. C’est un bon signal d’expliquer aux étudiants que la recherche, l’innovation et la création, c’est le même procédé, c’est-à-dire que l’on se lance dans l’inconnu… Non seulement, l’entrepreneuriat est une voie possible, mais une voie pertinente par rapport à ce que l’on peut appeler la recherche dans son ensemble. La recherche n’est pas que fondamentale.

Quel est votre rapport aux start-up aujourd’hui ?

Frédéric Mazzella. Je suis business angel d’une part [Yescapa, Holidog, HowTank, StarOfService..., Ndlr] ; j’interviens aussi dans des fonds qui eux-mêmes investissent dans des start-up [The Family, 50 Partners Capital, Ndlr] et je participe à divers concours ou événements comme celui-ci… En fait, tout cet écosystème m’intéresse, c’est intellectuellement très enrichissant. Il y a beaucoup d’opportunités, reste juste à choisir.

Considérez-vous BlaBlaCar encore comme une start-up ?

Frédéric Mazzella. C’est un peu comme si vous me demandiez si je suis jeune ou pas, je ne vais pas vous dire « non », car je pense que c’est dans la tête. Et l’esprit start-up, c’est l’agilité, la remise en cause,

Cet article est un contenu premium issu du magazine.
Pour continuer à le lire et accéder à l’intégralité d’alliancy gratuitement, nous vous demandons simplement de vous identifier - sans plus d’engagement!
Je m'identifie