Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Finance digitale : un coup de pouce pour les économies émergentes

La finance digitale, à savoir des services fournis par des systèmes liés à un paiement digital*, pourrait représenter un gros avantage pour les individus, sociétés et gouvernements des pays émergents.

Bethany Turner, rédactrice spécialiste finance

Bethany Turner, rédactrice spécialiste finance

Aujourd’hui, au sein des économies émergentes, deux milliards d’individus et 200 millions de micro, petites et moyennes entreprises souffrent du manque d’accès à l’épargne et à l’économie. Même les sociétés qui en bénéficient paient souvent des frais conséquents pour un choix limité d’options disponibles. Inévitablement, la croissance économique de ces pays en souffre. Mais la solution est à portée de main.

La finance digitale pourrait stimuler le PIB de l’ensemble des économies en voie de développement de 6 % versus l’option « statu quo », ce qui représente 3,7 milliards de dollars d’ici à 2027. Ce PIB additionnel pourrait permettre de créer jusqu’à 95 millions d’emplois au sein de tous les secteurs de l’économie. Presque deux tiers de cette augmentation serait attribuable à l’amélioration de la productivité des sociétés et gouvernements comme résultat direct des paiements digitaux. Le tiers restant serait dû à l’investissement additionnel permis par une plus grande intégration financière des individus, micro, petites et moyennes entreprises.

La finance digitale a le potentiel de fournir un accès bancaire à 1,6 milliard de personnes, la moitié étant des femmes issues de la classe moyenne. Pour les individus, la commodité, le coût ainsi que la gamme de produits disponibles seraient considérablement améliorés. Les individus vivant dans les villes n’auraient plus à faire la queue durant des heures dans les banques, et ainsi se consacrer davantage à des activités génératrices de revenu. Selon le courtier Forex en ligne IG spécialiste de la paire de devises eur usd, les individus des économies émergentes pourrait gagner 12 milliards d’heures par an en utilisant les services financiers digitaux.

Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne

Grâce à la finance digitale, les économies émergentes pourraient débloquer pas moins de 2,1 trillions de dollars en nouveaux crédits en faveur des individus et petites entreprises. Cela est dû à la baisse des coûts de fonctionnement des comptes digitaux versus les services physiques de 80 à 90 %. Ainsi, les établissements bancaires économiseraient plus de 400 milliards de dollars de coûts directs en utilisant le paiement digital à la place du liquide.

Le potentiel économique de la finance digitale varie de manière significative en fonction du pays. Des pays à faibles revenus tels que l’Éthiopie, l’Inde et le Nigéria ont un potentiel de croissance important, de l’ordre de 10 à 12 %, en raison de leur niveaux d’intégration financière très bas. En comparaison, les pays à revenus moyens, tels que la Chine et le Brésil, pourraient voir leur PIB augmenter de 4 à 5 %, ce qui représente toujours une hausse substantielle.

Si cela n’a pas toujours été le cas, des start-ups créées en France sont aujourd’hui largement reconnues. On peut notamment citer Leetchi, SlimPay ou Younited Credit… (lire encadré). Le marché français de la Fintech est dynamique, ce qui s’explique par la forte concentration du secteur bancaire ainsi que par l’environnement favorable qui y règne (Mission FrenchTech, pôle de compétitivité mondial Finance Innovation…).

* proposés par les FinTech et les opérateurs de mobile banking

Quelques belles réussites de la FinTech française

  • Leetchi, cagnotte en ligne. La plus belle réussite française en termes de solutions de paiement digitales revient à Leetchi. Créée en 2009 par une ex-HEC, la start-up permet de faciliter les dépenses de groupe en créant des cagnottes de ligne pour anniversaires, fêtes ou achats de cadeaux. Aujourd’hui, Leetchi ne revendique pas moins de 7 millions d’utilisateurs dans 150 pays.
  • SlimPay, prélèvement par internet. Créée par Jérôme Traisnel en 2009, Slimpay a pour principe d’établir un système de prélèvement sur comptes bancaires via internet et pour les sociétés dont les clients ont besoin d’effectuer des paiements récurrents. Côté chiffres, SlimPay a levé 15 millions d’euros en 2015 et connu une croissance époustouflante de 4068 % entre 2010 et 2014.
  • Younited Credit, prêt à la consommation. Younited Credit est une plateforme mettant en relation épargnants et emprunteurs grâce à un agrément « établissement de crédit ». La société a été fondée en 2011 par Charles Egly et a à ce jour levé plus de 50 millions d’euros.
  • Anaxago, financement de start-ups. Anaxago permet de financer des start-ups contre des actions. Ce système a été rendu possible en 2014 par la loi sur le crowfunding. La société a connu un succès fulgurant dès ses débuts, comme l’atteste son chiffre d’affaire passé de 150 0000 à 1,8 million d’euros entre 2013 et 2015.

 

A lire aussi sur Alliancy


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *