Cet article fait partie du dossier

Les ESN en mal de talents
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Umanis et Groupe SII : Les ESN face au défi de la fidélisation

Si 78 % des Entreprises de Services du Numérique (ESN) ont augmenté leur chiffre d’affaires en 2018 selon un rapport du Syntec Numérique, elles rencontrent néanmoins des difficultés structurelles de recrutement. Dans cette course à la compétence, deux ESN, Umanis et Groupe SII, dévoilent leurs plans respectifs de valorisation de marque employeur pour fidéliser leurs nouveaux collaborateurs.

Malgré leur forte capacité de recrutement, Umanis et SII présentent respectivement un taux de turnover de 23% et 22%

Malgré leur forte capacité de recrutement, Umanis et SII présentent respectivement un taux de turnover de 23% et 22%

Début 2018, 81% des ESN indiquaient éprouver des difficultés à recruter. C’est une problématique récurrente dans le milieu, en raison d’une stratégie de fidélisation encore limitée. Avec un taux de turnover avoisinant les 20%, difficile pour les ESN de conserver ses jeunes talents sur la durée. Valoriser sa marque employeur apparaît donc comme indispensable pour conserver durablement ses collaborateurs et maintenir sa place sur un marché des compétences de plus en plus compétitif.

Les ESN s’efforcent de former leurs collaborateurs aux compétences de demain – notamment liées aux domaines de la cybersécurité et la data science – afin de suivre la cadence d’un contexte numérique en évolution constante. Dans le même temps, cette stratégie de montée en compétences est un argument de poids pour les jeunes talents qui souhaitent enrichir leur bagage technologique et diversifier leurs activités.

Visiteur ? Indiquez votre email ci-dessous.

 

Vous avez de la chance !
La rédaction vous offre cet article premium.
Pour lire en intégralité et accéder à tous les contenus, renseignez votre mail.Mon email