Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

Le smart building restera-t-il à la merci de ses ampoules connectées ?

Si la médiatisation des enjeux de cybersécurité pour les systèmes d’information des entreprises n’a jamais été aussi importante, la dépendance grandissante aux environnements connectés – smart home et smart office – interroge sur ces nouvelles fragilités face aux cyberattaques. 

ampoules connectées

Des chercheurs en cybersécurité ont analysé la fragilité des ampoules de la gamme Philips Hue.

Le 9 novembre 2017, le producteur et journaliste Edouard Marquis a vu sa maison être déconnectée. Il tweete : « Ce matin, impossible d’ouvrir mes volets, mon alarme, ma porte, retour au manuel, toute ma maison est down… » Et décrit comment il essaye de retrouver les piles de la télécommande qu’il n’utilise plus depuis cinq ans pour rouvrir ses volets.

Nous sommes en plein milieu de la panne monstre que connait alors l’hébergeur OVH et qui rend indisponible de nombreux sites Internet et leurs services. Parmi eux : Tahoma, la box de domotique « smart home » du groupe industriel français Somfy.

Au final, la mésaventure prêtera à sourire car la gêne pour Edouard Marquis semble avoir été bénigne.

Elle indique cependant en filigrane la dépendance de plus en plus importante de nos environnements de vie, domicile ou bureau, au numérique. Comme tout smartphone, ordinateur ou autres objets connectés, les smart buildings sont en effet sensibles aux pannes… et aux problèmes de réseau. Des pannes d’un autre genre qui obligent les professionnels du bâtiment et de l’énergie à repenser leurs approches. Ainsi, le smart building fait partie depuis 2016 des sujets de fond discuté par exemple dans le cadre du « Club EcoXpert » animé par Schneider Electric, qui regroupe les partenaires installateurs, tableautiers, bureaux d’études, de l’industriel – confrontés aux nouvelles réalités numérique du terrain. En 2017, un nouveau sujet a fait son apparition lors des débats du club : la cybersécurité. Depuis l’été, une nouvelle formation « flash » y est même consacré. 

Inquiétudes des chercheurs en cybersécurité

En effet, le caractère connecté des bâtiments ne manque pas ces dernières années d’attiser les intérêts de criminels et de multiplier les possibilités de malveillances. De nombreux chercheurs démontrent qu’il est par exemple possible techniquement de reproduire volontairement la panne à laquelle a été confrontée Edouard Marquis à son domicile. Sans être une réalité quotidienne, les cyberattaques, les sabotages sur les objets connectés qui composent les smart home ou smart office, smart building… sont loin d’être de la fiction.

Tout comme Wannacry ou NotPetya ont rendu inopérant des systèmes d’information d’entreprise durant le printemps et l’été 2017, les demandes de rançons sont une opportunité notable pour des criminels. Parmi les scénarios imaginés, la prise du contrôle d’un thermostat avec la menace d’élever fortement la température, par exemple.

LIRE AUSSI LE DOSSIER

Smart Building

Smart Home / Smart Building

Au-delà des demandes de rançons, de la récupération d’informations personnelles ou d’attaques sur l’image de marque, les criminels utiliseront l’hyper-connectivité des environnements afin de constituer des myriades d’objets connectés en botnet. Ces réseaux d’appareils « zombies » mettront alors leur puissance combinée au service d’attaques massives, par exemple pour réaliser une attaque par déni de service distribuée (DDoS). C’est ce qui s’est passé fin 2016 avec l’attaque sur le service DNS de la société Dyn, par l’intermédiaire du malware Mirai, qui a fait chuter une partie du web. Des milliers de caméras connectées avaient alors servies de catalyseur à l’attaque. Frigo et ampoules connectés peuvent évidemment être comptés comme autant de soldats potentiels d’une telle armée de zombies.

Les ampoules connectées, qui concernent de plus en plus à la fois les bâtiments des particuliers et des professionnels, font l’objet d’une attention particulière. Olivier Potin, maître assistant au département « systèmes et architectures sécurisées » de l’école des Mines de Saint-Etienne, décrit pourquoi il s’agit d’un cas d’école : « Outre l’effet d’échelle fourni par Internet, elles ont deux autres avantages pour les criminels. Ce sont des objets à bas coût que les fabricants ne sécurisent pas ou peu, principalement pour des raisons économiques. Et ce sont des objets facilement accessibles, ce qui permet aux attaquants de mener de nombreux tests. »

Les fabricants en première ligne

Un cas démontre d’ailleurs la créativité dont il est possible de faire preuve quand on associe Internet des objets et cybermenaces. Dans « IoT goes Nuclear : creating a Zigbee Chain Reaction » un travail de recherche* paru cette année, la fragilité des ampoules connectées de la gamme Philips Hue a ainsi été décortiquée par des chercheurs. Parmi les mesures de sécurité mises en place par le fabricant : le fait que les mises à jour over the air du firmware des ampoules ne peuvent se faire que dans un rayon très proche de l’objet mais aussi un chiffrement AES qui permet de « signer » les éventuelles mises à jour comme légitimes. Cela ne suffira pas : après s’être procuré une ampoule, les attaquants peuvent déterminer qu’au moins un type de mise à jour compte une faille qui permet de la réaliser totalement à distance. Quant au chiffrement, relativement simple, il est possible d’en déduire la clé en « écoutant l’activité électrique » de l’ampoule, du fait de sa capacité de calcul très primaire. Attaquer à distance une seule ampoule permet ensuite en lui injectant un firmware corrompu de déclencher un effet de chaîne sur toutes les autres lampes à proximité – jusqu’à couvrir potentiellement une ville entière.

Les utilisateurs de smart home et de smart building sont donc appelés à la vigilance – mais il est illusoire de leur attribuer l’unique responsabilité des objets connectés présents dans leurs environnements. Les fabricants réagissent-ils pour autant ? La prise de conscience est lente, même si certains – en France notamment – ont pris le sujet à bras le corps. « Nous ne sommes pas encore poussés ni par nos clients, ni par la législation, mais tous les capteurs et objets connectés que nous déployons seront encore présents sur le terrain dans 10 ans. En abordant le sujet de la sécurité dès à présent, c’est le futur de notre activité, de notre réputation, que nous cherchons à préserver », a ainsi témoigné lors des Assises de la Sécurité, Stéphane Gervais, directeur de l’innovation stratégique du Lacroix Group, un équipementier spécialiste des infrastructures d’eau et d’énergie. Le parti-pris d’une telle ETI reste cependant rare. Comme souvent avec les sujets de cybersécurité, il y a fort à parier qu’il faudra attendre un sabotage et un drame particulièrement grave pour décider les acteurs à faire bouger les lignes.

Wifi et LiFi à l’épreuve des menaces sur les objets connectés

Le wifi est aujourd’hui omniprésent dans les bâtiments et de plus en plus d’objets connectés l’utilisent. Tant et si bien que la demande de transmission sans fil de données a été multiplié par dix ces huit dernières années. Depuis octobre cependant, cette dépendance croissante fait grincer des dents alors que des chercheurs de l’université de Louvain (Belgique) ont découvert « KRACK » une vulnérabilité dans le protocole WPA2 censé protéger les échanges wifi. Cette faille rend possible le vol des informations sensibles, voire même l’injection des données à des fins malveillantes sur les réseaux wifi actuels. « On va vivre pendant des années avec des wifi percés ! » avait réagi Guillaume Poupard, directeur général de l’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) après l’annonce de la vulnérabilité.

De quoi favoriser le déploiement de la technologie LiFi, dont l’usage en situation réelle est encore peu répandu. Celle-ci se base sur les fréquences lumineuses pour transmettre l’information et n’est donc pas du tout concernée par les risques dévoilés pour le wifi. En 2016, la fabricant français de luminaires et éclairage LED, Lucibel avait d’ailleurs été récompensé lors de la 11e édition des Trophées de la Sécurité, dans la catégorie Cybersécurité, pour sa solution LiFi.

*Réalisé par les chercheurs Eyal Ronen, Colin O’Flynn, Adi Shamir et Achi-Or Weingarten

>> Cet article fait partie du dossier  » Smart Building / Smart Home : le tout-connecté en toute sécurité « 

 


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *