Cet article fait partie du dossier

Beauté/Bien-être : le virage numérique
Découvrez le dossier

Les articles du dossier

Le numérique vu par les coiffeurs

L’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec) et la Direction générale des Entreprises (DGE) se sont associées en 2017 pour lancer une enquête nationale sur les usages du numérique par les professionnels de la coiffure. Détails.

Le numérique vu par les coiffeurs

©Anna Baburkina

Avec plus de 1 000 réponses (dont une majorité de petites entreprises), l’enquête sur le secteur de la coiffure et les usages du numérique lancée au printemps 2017 par l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec) et la Direction générale des Entreprises (DGE), montre que le numérique est un sujet important pour les sondés (avec une note de 6,4 sur 10).

Dans cet environnement professionnel où ordinateurs et tablettes se côtoient en nombre, l’enquête s’est attachée à connaître l’utilisation qui en est faite. Résultat : l’utilisation du numérique se concentre autour de tâches administratives, mais paradoxalement peu, voire pas du tout, pour des actions commerciales. Seulement 29 % des répondants disposent d’un site web… Et 10 % seulement le mettent à jour régulièrement (faute d’accompagnement).

Facebook, le réseau social privilégié

Dans cet univers où les sondés consacrent moins de 100 euros par mois à la communication et aux outils digitaux, Facebook voit près d’un professionnel sur deux connecté à son réseau social. Peu, en revanche, utilisent des plates-formes comme Youtube pour poster des vidéos.

Chez les coiffeurs, le numérique rime avant tout avec gestion, puis avec commercial et communication.

« Le numérique est aujourd’hui un incontournable pour notre profession, mais si nous constatons qu’une majorité de coiffeurs sont équipés et en ont conscience, l’enquête montre qu’ils sont encore trop peu nombreux à maîtriser le sujet et s’y projeter de façon dynamique. Cette problématique reste notre priorité », constate Bernard Stalter, président de l’Unec.

Aussi, l’Unec travaille au déploiement, d’ici au second semestre 2018, d’un programme d’actions autour de deux axes : la réalisation de fiches autour des bonnes pratiques du digital adaptées à l’activité de coiffeur et l’accompagnement/formation avec des modules d’initiation et de perfectionnement au digital pour les coiffeurs, par les coiffeurs. La profession souffre de fait d’un manque de formation sur le sujet qui lui permettrait de démystifier certaines croyances (coûteux, complexe, etc.) et de professionnaliser leur approche (utilisation des réseaux sociaux), conclut l’enquête.

1/ Le numérique est avant tout utilisé pour la gestion et l’administratif

Près de 80 % des coiffeurs sondés utilisent un logiciel de gestion : 48 % utilisent un logiciel spécifique au métier, et près de 30 % un logiciel de gestion non spécifique au métier. Pour 70 % des sondés, l’accès au logiciel est collaboratif.

2/ Le numérique, un outil commercial

Les coiffeurs sondés utilisent le numérique pour toucher de nouveaux clients (41 %), gérer la réputation et l’image de l’entreprise (39 ,5 %), fidéliser les clients (38,5 %) et proposer des produits et des services innovants (27 %). 18 % des sondés utilisent les SMS pour prospecter ou fidéliser leur clientèle.

3/ Les réseaux sociaux privilégiés

45,5 % des coiffeurs sondés communiquent sur le Web, mais 65 % des sondés consacrent moins de 100 euros par mois à la communication et aux outils digitaux.

Facebook est le réseau social le plus utilisé (47 %), loin devant Instagram (11 %), Pinterest (5 %), YouTube (5 %), Twitter (3 %) et LinkedIn (2,5 %).

29 % des sondés possèdent un site Web, mais seulement 10 % le mettent à jour régulièrement faute d’accompagnement.

4/ De nouveaux services pour les clients

Outre un usage pour la gestion et la promotion du salon, le numérique apporte de nouveaux services aux clients (wifi gratuit à disposition, presse et jeux sur tablettes, écrans HD pour afficher promotions et défilés coiffure, vitrines digitales, objets connectés…

Tous les résultats de l’enquête ici.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *