Le cloud monitoring s’étend à l’Edge Computing

Le fort potentiel de l’IoT s’annonce en parfaite adéquation et comme une extension logique à ce que le cloud monitoring couvre déjà. Dans tous les secteurs, les organisations déploient divers dispositifs IoT… Et tous veulent monitorer ces appareils !

A lire aussi :  « Quels choix pour renforcer son autonomie numérique ?.

Jimmy Caputo - Product Manager pour solutions IoT chez Datadog

Jimmy Caputo – Product Manager pour solutions IoT chez Datadog

De la maison intelligente aux équipements d’exploitation agricole de nouvelle génération, les entreprises industrielles et manufacturières conçoivent des appareils connectés commercialisés en tant que produits, ou pour différencier leur gamme ou encore optimiser leurs activités commerciales. De même, le commerce de détail réorganise l’expérience en magasin, en numérisant la signalétique ou en mettant en place des kiosques plus interactifs par exemple. De toute évidence, les géants comme Amazon, Google et Apple, mais aussi beaucoup d’autres acteurs plus petits, essaient également de mettre au point de nouvelles technologies grand public. Et tous veulent monitorer ces appareils !

La nature des applications IoT exacerbe les défis du cloud monitoring 

Les objets connectés forment des infrastructures avancées, qui ne sont pas de simples petits capteurs mais des séries de capteurs, qui exécutent différentes applications ou une application exécutant des charges de travail sur plusieurs processus. Ces applications sophistiquées impliquent donc des mises à jour régulières, et pas seulement la livraison avec une seule version logicielle. Par conséquent, elles nécessitent une plate-forme robuste de cloud monitoring et d’observabilité qui tienne compte, à la périphérie, de ces objets connectés sophistiqués qui exécutent des applications de plus en plus complexes.

https://www.alliancy.fr/renforcer-autonomie-numerique-guideIls comportent différentes architectures matérielles, y compris divers processeurs ou capacités réseau, différents systèmes d’exploitation, des versions successives d’un même système d’exploitation ou du logiciel. Ils finissent par être installés dans de nombreux endroits différents, ce qui implique de surveiller un parc matériel et logiciel assez hétérogène. De nombreuses entreprises qui conçoivent des dispositifs et des services IoT autour de ces appareils adoptent une approche de type “cloud first”. En effet, ces appareils communiquent non seulement entre eux mais avec les services cloud, qui traitent et stockent les données, et fournissent des informations qu’ils renvoient aux appareils. Le défi consiste ici à comprendre cette communication, tous ces flux de données et l’ensemble du système de bout en bout, c’est à dire les appareils et les services dont ils dépendent.

L’IoT implique souvent conteneurs et serveurs

Les développeurs cherchent un moyen unifié de  créer et tester leurs applications dans le cloud et de les déployer sur des périphériques. Naturellement, les conteneurs sont de plus en plus adoptés pour ce type d’application. Il est donc logique de tirer parti de ces mêmes technologies à la périphérie pour expérimenter ce nouveau paradigme, même si nous n’en sommes encore qu’au début. Les outils et les modèles utilisés pour déployer et gérer les applications sur des appareils IoT ou des infrastructures d’Edge Computing sont encore en train de prendre forme. De toute évidence, les grands fournisseurs de services cloud ont intégré leurs services IoT aux principales plateformes de monitoring. De même, le “serverless” est une technologie souvent conjuguée à l’IoT, ce qui génère beaucoup de données, dont une grande partie est renvoyée dans le cloud pour y être traitée. De là, les données sont acheminées vers différents data stores, transformées en fonction des tendances et des événements, ce qui permet de déclencher des actions en conséquence. Pour toutes ces raisons, les entreprises utilisant l’IoT ou l’Edge Computing doivent pouvoir monitorer leur système de bout en bout au sein d’une application. Bénéficier d’une vue d’ensemble du système permet de résoudre rapidement les problèmes et de briser les silos dans l’organisation. Ainsi, les développeurs qui écrivent l’application embarquée sur les périphériques peuvent consulter les mêmes informations que les responsables des fonctions serverless et de l’infrastructure cloud. Le tout en un seul endroit où les équipes peuvent collaborer de manière transparente pour résoudre les problèmes et optimiser le système.

Une visualisation centralisée intégrant les performances de l’IoT 

Monitorer et comprendre les performances de l’IoT ou de l’Edge Computing (informatique en périphérie) est presque encore plus critique que pour les services cloud car ils n’offrent pas nécessairement la scalabilité horizontale du cloud. Par exemple, les compagnies pétrolières et gazières, qui déploient des modèles de machine learning sur de l’Edge Computing fonctionnant sur un site de forage, ne peuvent pas simplement ajouter des instances supplémentaires si leur application devient moins performante. Elles sont contraintes par le matériel physique en place. Monitorer des performances et acheminer vers le cloud des informations détaillées utilisées pour améliorer les performances de ces applications est presque plus critique que dans le cloud, dont l’un des avantages est d’augmenter facilement ses ressources.

Il est également utile de pouvoir visualiser tous les périphériques, qu’ils aient un modèle de matériel particulier, qu’ils exécutent une version particulière de logiciel embarqué, quel que soit l’endroit où ils soient, qu’ils soient connectés par Wi-Fi, puis de comparer divers indicateurs de performance pour ces différents groupes. Une plateforme de monitoring doit seulement disposer d’un modèle de données basé sur l’étiquetage dans lequel il est possible de marquer les périphériques, les indicateurs associés et les logs qui en découlent avec les paires “clé-valeur” souhaitées, puis de les utiliser dans l’ensemble de l’application pour visualiser les périphériques selon ces différents groupes. Pouvoir regrouper les appareils de manière flexible et sélective dans différents visuels est donc une fonctionnalité clé. Par exemple, le monitoring des systèmes de points de vente dans les magasins de détail nécessite de visualiser tous les appareils regroupés par magasin et d’étiqueter chacun d’entre eux par magasin, afin d’examiner si certains magasins sont plus susceptibles de connaître une panne ou d’avoir des problèmes de performance.

Un monitoring intégré aux services IoT pour une vision détaillée

Les clients ne se contentent pas de surveiller des métriques de l’infrastructure et des logiciels. Ils veulent également collecter dans une plateforme de monitoring des indicateurs métiers personnalisés sur un cas d’usage, sur la manière dont les utilisateurs interagissent avec le périphérique ou sur l’environnement dans lequel le périphérique fonctionne. Par exemple, les détaillants qui installent des écrans interactifs veulent comprendre les habitudes d’utilisation des clients et les visualiser en même temps que les indicateurs de monitoring habituels. C’est pourquoi il est essentiel que la plateforme de monitoring s’intègre à un large éventail de services IoT pour obtenir des informations plus précises à partir de données de monitoring typiques associées à des données IoT. 

Les investissements en IoT ne feront que s’accélérer dans un proche avenir

Capteurs et processeurs deviennent de plus en plus puissants et de moins en moins chers, donnant naissance à des applications de plus en plus sophistiquées. Les entreprises qui utilisent des caméras pour recueillir toutes sortes d’informations traiteront ces flux vidéo à la périphérie pour comprendre par exemple comment les gens se déplacent dans un magasin et comment l’agencement peut être optimisé. Avec l’avènement des réseaux 5G, toutes ces données seront essentiellement traitées localement, et certaines informations seront redirigées vers le cloud. Il s’agira de combiner l’exécution à la périphérie d’algorithmes de vision artificielle avec plus d’intelligence embarquée tout en continuant à utiliser la technologie cloud en fonction du traitement des données nécessaire à un monitoring et à une analyse spécifiques.

Par conséquent, toute entreprise ayant une certaine présence physique et pas uniquement en ligne va devenir une « IoT company » déployant des objets connectés pour améliorer ses opérations ou concevant des objets intelligents pour différencier ses produits. Toutes ces entreprises veulent étendre à la périphérie le monitoring existant de leur infrastructure cloud ou traditionnelle, car il est important qu’elles disposent d’un système unique rassemblant les informations au même endroit pour comprendre rapidement ce qui se passe dans leur contexte, en passant d’un système à l’autre afin d’éviter tout angle mort. 

 Vulnérabilité des équipes IT, automatisation, cloud computing… Quels choix pour renforcer son autonomie numérique ?

Pour cette émission d’Alliancy Inspiration, nous avons échangé avec Bruno Picard, directeur technique France de Nutanix et Stéphane Berthaud, directeur technique France et Afrique de Veeam.

Retrouvez l’article de l’émission sur notre site  “Quels choix pour renforcer son autonomie numérique ?.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elementum dolor eleifend Donec Donec eget vulputate,