Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Pour lire l’intégralité des articles issus du magazine bimestriel, identifiez-vous. Vous accéderez ainsi aux articles premium, aux exclus web et vous pourrez télécharger l’ensemble de nos ressources en un clic.
Pour recevoir le magazine chez vous, abonnez-vous !
Je m'identifie

#SalonIndustrie2016 – Pascal Daloz (Dassault Systèmes) : « Promouvoir notre propre modèle »

PASCAL-DALOZ-article

«  Nous devons atteindre un haut niveau de production, de qualité et de contrôle des coûts » Pascal Daloz de Dassault Systèmes

Pascal Daloz, directeur général adjoint responsable du développement Corporate chez Dassault Systèmes, en charge de la coprésidence de « l’alliance pour l’Industrie du futur » avec Bernard Charlès, revient sur les dernières annonces du gouvernement.

Alliancy, le mag. En quoi l’industrie du futur avancée par Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, vous paraît-elle plus adaptée pour accélérer la mise en œuvre de la Nouvelle France industrielle ?

Pascal Daloz. Les 34 plans industriels avaient chacun leur propre dynamique. Mais en ralliant à cette ambition, les fédérations professionnelles, les académiques, les syndicats dont l’implication s’avère indispensable pour aborder les questions de formation ou de nouvelles méthodes de travail, nous maximisons les chances d’avancer. Derrière la terminologie d’alliance pour l’Industrie du futur, il y a cet esprit-là…

Vu d’une PME, dans une région, le dispositif ne s’est-il pas alourdi ?

L’industrie du futur comprend cinq volets dont l’accompagnement des PME. L’objectif est de sensibiliser 15 000 PME réparties dans toutes les régions où existent des pôles industriels. Pour cette communication et cette éducation de premier niveau, les CCI, les Cetim, les fédérations, les académiques joueront leur rôle d’interlocuteurs de ces entreprises. C’est, selon moi, la partie la plus facile. La phase supérieure consiste à accompagner concrètement l’évolution de 2 000 PME, en effectuant des diagnostics. Nous sommes en train de créer un réseau de 200 à 300 experts français, aux compétences validées dans trois thématiques : les équipements et procédés, la digitalisation et les process, l’organisation et les méthodes de travail. Ces consultants, labellisés avec l’appui opérationnel des fédérations professionnelles sur leurs spécialités, effectueront un audit de deux à trois jours, sur la base d’un guide déjà réalisé. Ces diagnostics seront subventionnés par des fonds de Bpifrance et des régions dont la participation à géométrie variable, à ce jour, apparaît comme une difficulté.

Quel rôle les grandes entreprises peuvent-elles jouer dans l’accompagnement de ces PME ?

Les usines-pilotes ont cet objectif. Une quinzaine sur le territoire, c’est limité. Mais elles doivent faire office de laboratoires pour innover et tester des solutions. Elles doivent servir à la formation. Dans ce domaine, le gouvernement reste réticent à financer les actions de grandes entreprises. Mais on peut imaginer un dispositif soutenant la mise à disposition d’équipements voire l’allocation de personnels pour accélérer la montée en compétences des PME. L’autre piste consiste en un « Small Business Act ». Jusqu’à maintenant, la fourniture de marchés spécifiquement à des PME et ETI françaises dépendait de la volonté des grands groupes d’insérer cette orientation dans leur politique d’achat. Comme pour Dassault Systems, 70 % des structures de coûts correspondent à du personnel, une telle approche n’avait pas trop de sens. Nous avons donc signé en 2011 une charte d’engagement qui associe les PME et ETI à nos grands contrats internationaux et nombre d’entre elles en ont bénéficié, comme Optis.

Que faut-il pour qu’un jour, grands groupes, ETI et PME « chassent en meute » à l’international ?

Nous devons réfléchir à la notion de filière, très ancrée dans notre pays, alors que les Allemands ont une approche plus régionalisée qui consiste à mettre en compétition les entreprises, territoire par territoire. Celles qui gagnent sont intégrées dans les grands projets internationaux. Cette méthode crée l’excellence par la compétition.

L’Etat a initié la French Tech dans le numérique. Faudrait-il un label Industrie du Futur pour toutes les entreprises qui auront mené à bien leur (r)évolution ?

J’y vois deux bonnes raisons de le faire. D’abord pour prouver la montée en gamme du système industriel français. Ensuite pour « marqueter » ces progrès dans la compétition internationale. Les Allemands ont misé sur l’industrie 4.0. Mais ils insistaient surtout sur l’automatisation afin de répondre à une problématique qui leur est spécifique : la baisse de leur démographie, à cause d’un taux de natalité insuffisant pour conserver leur capacité de production. En France, la natalité reste bonne. L’enjeu ressemble à celui d’un pays émergent : gagner en compétitivité tout en fournissant de l’emploi à la population. Nous devons développer notre propre modèle, en mettant l’accent sur l’innovation afin d’atteindre un haut niveau de production, de qualité et de contrôle des coûts. Si nous réduisons le temps nécessaire pour atteindre le standard de qualité exigé pour fabriquer un avion, une voiture… nous déployons une nouvelle forme de compétitivité. On en revient à la formation des hommes. La fabrication additive, la virtualisation des usines, la réalité augmentée aident à y parvenir. Un tel label participerait à la promotion de ces transformations. 

A lire également


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *