Comment réussir la digitalisation de sa Supply Chain ?

[EXCLUSIF] De leur naissance jusque dans leurs phases de croissance et de décroissance, les entreprises ne cessent de se transformer et d’innover. Elles se doivent d’adapter leur organisation, leur process et leurs outils afin de gagner en productivité. Aujourd’hui, l’adoption du digital, l’augmentation des flux de données et l’évolution du comportement du consommateur les poussent d’autant plus à s’adapter rapidement et efficacement afin d’avoir un avantage concurrentiel.

Guillaume Besnard, expert Supply Chain chez AGENA3000

Guillaume Besnard, expert Supply Chain chez Agena3000

La transformation digitale actuelle des entreprises est un formidable levier de performance pour la conduite des opérations. Au cœur de ces dernières, la Supply Chain prend un nouvel essor. En effet, la Supply Chain produit des services et sa matière première est la donnée. Les responsables Supply Chain et IT jouent alors un rôle clé dans ce contexte, car situés au cœur de la gestion des données, ils permettent de soutenir la conduite des activités en favorisant la collaboration entre les fonctions de l’entreprise.

Mais comment s’articule la Supply Chain ? Que faut-il mettre en place pour réussir sa digitalisation et comment en profiter ?

 

Optimiser la Supply Chain ou comment piloter l’activité de l’entreprise

 La Supply Chain ou chaîne d’approvisionnement, regroupe tous les professionnels : du fournisseur du fournisseur au client du client. La Supply Chain est un ensemble de processus opérationnels qui soutiennent le développement du business et la performance des entreprises en répondant à la demande des clients, en définissant des solutions pour satisfaire le niveau de service attendu et optimiser le coût global. Il est pour cela nécessaire d’assurer un dialogue avec tous les collaborateurs, à la fois internes et externes à l’entreprise, afin de bien coordonner les actions concernant le flux des matières, les composants, les produits finis, aux flux d’informations.

Infogérance et téléphonie mobilePour maîtriser la Supply Chain, les entreprises doivent fixer leurs objectifs : utiliser les moyens de production de manière optimale, minimiser les stocks, améliorer la flexibilité etc… Le but étant de trouver le meilleur compromis entre les objectifs de service client, de niveau de stock, et de coûts d’exploitation. A titre d’exemple, Cdiscount a choisi de confier la préparation des commandes à des robots afin de réduire considérablement ses délais de livraison, pour faire du J + 1 la norme, ainsi que flexibiliser les modes de préparation pour être capable d’absorber les reports et de déposer les colis chez les clients le matin, le soir ou le week-end[1].

La Supply Chain est donc présente à tous les niveaux de l’entreprise, aussi bien au niveau opérationnel, en ce qui concerne la gestion des marchandises, au niveau tactique, pour gérer les flux, ainsi qu’au niveau stratégique pour définir les axes de réflexion à long terme. Chaque entreprise peut évaluer la maturité de chacune de ces briques, afin d’identifier et de prioriser les axes de progression.

L’importance de la collaboration pour réussir son projet de digitalisation

La digitalisation de la Supply Chain apporte de nouveaux enjeux aux entreprises. Ils s’illustrent de plusieurs manières : le premier est de permettre aux entreprises d’aller plus vite dans leurs process et de s’adapter à la concurrence toujours plus grandissante. Le second est d’améliorer la prise de décision grâce à l’utilisation des données. Enfin, la digitalisation permet d’offrir plus de services aux industriels mais aussi aux consommateurs finaux.

Mais pour bien mettre en place des nouvelles technologies digitales et en tirer des bénéfices, les entreprises doivent d’abord mobiliser leurs contributeurs pour répondre à ces 3 points stratégiques :

  • La Supply Chain doit dépendre de la Direction Générale

La Supply Chain produit, traite et exploite les données. Un service Supply Chain fort permet de tirer profit des nouvelles technologies en dégageant une vision claire sur le long terme. Mais pour cela, il est primordial qu’elle soit impulsée et rattachée à la Direction Générale. Chaque entreprise, peu importe son domaine d’activité, a des objectifs et un développement qui lui sont propres : des projets d’acquisitions, la conquête de nouveaux marchés, etc. le développement et la croissance de ses activités amène les fonctions R&D, achats, production et ventes à se spécialiser pour être encore plus efficaces. Cette spécialisation des fonctions et des collaborateurs entraine généralement des zones de frictions car les intérêts des différents pôles peuvent être contradictoires. Le piège étant le travail en « silos » non propice à l’échange et à la collaboration.

Pour contrer ce phénomène, plusieurs solutions sont possibles, notamment la mise en place d’un service Supply Chain autonome et rattaché à Direction Générale. Ce fonctionnement va ainsi permettre de travailler de manière transverse et de fournir aux dirigeants des éléments de prises de décisions globaux et cohérents. C’est donc un véritable changement de culture en interne qui est nécessaire afin de mieux maîtriser tous les maillons de la chaîne à long terme : stock, coûts de fonctionnement, chiffre d’affaire, etc.

  • Adopter un process S&OP

 Pour bien fonctionner, une entreprise doit avoir des données intégrées et communes afin de faciliter la collaboration entre les différents services et créer des objectifs uniques pour tous les collaborateurs. Le « Sales and Operations planning » (S&OP) aide à atteindre cet objectif. Il s’agit d’un processus avant tout collaboratif, qui vise à atteindre un équilibre entre les objectifs du plan des ventes, les objectifs financiers et les capacités internes de l’entreprise dans le but de créer un plan unique. En d’autres termes, l’objectif du S&OP est d’aboutir à une vision partagée afin d’allouer les ressources permettant de réaliser des objectifs d’affaires. Cette vision à moyen terme va permettre de mettre en évidence les potentiels blocages à venir et de définir les actions que chacun a à conduire pour contrer ces blocages.

Les entreprises vont ainsi pouvoir optimiser leur process et revoir leur manière d’utiliser leurs outils. Par exemple, passer de l’utilisation d’un tableur à un logiciel ERP qui permet de gérer et de structurer toutes les données et d’instaurer un langage « commun » entre les différents collaborateurs.

 Instaurer un climat de confiance entre les différents départements

Les entreprises et surtout les collaborateurs doivent réaliser la valeur que représentent les décisions prises au sein de l’entreprise. Pour cela, il est primordial d’assurer un climat de confiance entre les différents pôles, instaurer le dialogue pour que chaque département prenne conscience de l’impact de son activité sur l’ensemble de la Supply Chain, pour assurer le meilleur niveau de performance de l’entreprise. Cette prise de conscience peut passer par des sessions de formation des collaborateurs par exemple ou des réunions en interne dans lesquelles chacun pourrait s’exprimer de manière transparente.

Changer l’organisation interne sera toujours un défi pour l’entreprise. Mais innover reste plus que jamais indispensable pour répondre aux besoins des clients et ne pas se faire dépasser par la concurrence. Si la digitalisation de la Supply Chain offre de nombreux atouts, il est primordial d’apporter des changements sur le plan organisationnel et purement humain avant d’adopter de nouveaux outils digitaux.

[1] Source : https://www.latribune.fr/regions/nord-pas-de-calais/jusqu-ou-ira-la-robotisation-dans-les-entrepots-logistiques-769594.html

A lire aussi sur Alliancy :

Retour sur le Dîner de la rédaction « Supply chain » du 22/11


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *