Imed Boughzala, Titulaire de la chaire Intelligence Digitale d’Institut Mines- Télécom Business School et référent IMT Disrupt'Campus

Imed Boughzala est Professeur en Systèmes d’information et Directeur du département TIM (Technologies, Information & Management, ex-DSI) à Institut Mines-Télécom Business School et référent IMT Disrupt’Campus. Il est aussi titulaire d’un Executive MBA d’IMT-BS et du programme Management and Leadership in Higher Education de la Harvard Graduate School of Education.

Fondateur de l’équipe de recherche SMART BIS (Smart Business Information Systems) et Directeur actuel d’IS Lab, ses recherches actuelles portent sur l’intelligence digitale, la gouvernance des données et la transformation digitale des organisations.

Depuis septembre 2018, il co-pilote l’observatoire de la transformation digitale des établissements du supérieur en management et fait partie du Collège de Labellisation des dispositifs pédagogiques numériques de la FNEGE ( Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises 

Retrouvez les derniers articles de cette chronique :
Voir tous les articles

[Chronique] Intelligence digitale : il est urgent de préparer les prochaines générations

Le rythme des innovations technologiques s’accélère transformant les usages et les comportements en profondeur à l’échelle individuelle et organisationnelle. Aujourd’hui la technologie est omniprésente et influence tous nos espaces : personnel, professionnel, citoyen. Ce nouveau contexte intégrant un paradigme inédit nécessite de repenser nos rapports et nos interactions avec les nouvelles technologies pour en tirer le meilleur parti et se préparer aux prochaines ruptures sans perdre de vue les enjeux de sobriété numérique. Nous devons nous intéresser à notre intelligence digitale, concept encore émergeant qu’il faut néanmoins, expérimenter, analyser et surtout diffuser. Dans cette perspective, il faut notamment encourager les dispositifs d’échanges entre étudiants, futurs acteurs du monde professionnel, et entreprises autour des questions de l’innovation numérique.

L’intelligence-digitale,-une-compétence-de-demainLa transition digitale, évidence pour certains ou vécue comme une injonction pour d’autres n’est pourtant pas totalement maitrisée. En effet, selon une étude de Forest Consulting menée en 2018, 60% des projets de transformation digitale, dans le cadre d’une organisation, échouent ; les causes sont multiples : réflexion insuffisante sur les usages, mauvaise gestion des compétences, résistance au changement, … Ce résultat démontre l’importance de questionner notre rapport aux nouvelles technologies et de nous intéresser à notre intelligence digitale.

 

Cultiver ses intelligences

L’intelligence humaine est multiple et revêt différentes formes qu’elle soit émotionnelle ou encore kinesthésique. Les chercheurs en psychométrie ont développé un outil de mesure de l’intelligence qui fait – à tort ou à raison- office de référence : le Quotient Intellectuel (QI). A l’heure où le rythme des innovations s’accélère, la capacité à interagir avec les technologies et à les mobiliser à bon escient devient une question centrale. L’intelligence digitale (ou QD pour « Quotient Digital ») se définit comme la capacité à acquérir et appliquer de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences liées aux technologies digitales. Cette intelligence s’acquiert à travers des interactions répétées avec les technologies. Cet apprentissage est avant tout intentionnel. C’est pourquoi il est essentiel de se confronter et d’échanger avec des personnes aux profils et expériences multiples à l’occasion de bootcamps à l’image de celui organisé par IMT Disrupt’ Campus par exemple ou durant des challenges comme celui de Shake The Law dédié au droit et à l’innovation ou encore le Challenge Digital Transformer ancré dans les territoires où des équipes pluridisciplinaires proposent des solutions innovantes aux problématiques soumises par des chefs d’entreprises.

Cette culture se crée à l’échelon individuel avant de se diffuser au niveau organisationnel. Les managers doivent s’approprier ce concept pour faire réussir leur organisation et favoriser l’émergence d’une véritable intelligence digitale collective qui vient s’ajouter à la somme de celles des individus qui travaillent dans une organisation (1+1=3).

> Lire nos derniers articles dédiés à l’intelligence artificielle.

 

Anticiper le virage de l’IA

Aujourd’hui, dans les entreprises, il s’agit de développer de nouvelles formes de coopération entre les individus eux-mêmes et les machines tout en s’inscrivant dans un usage raisonné.  La généralisation de l’IA permettra d’améliorer l’intelligence humaine en jouant le rôle d’une intelligence augmentée qui vient en complément et non en remplacement. Cette nouvelle donne pourra être source d’inégalités entre ceux qui s’approprient rapidement les nouveaux équipement et capacités technologiques et ceux qui sont incapables de les utiliser ; pour caricaturer les propos de Bill Gates, un QI élevé n’est pas nécessairement le plus important dans la vie (en faisant référence à d’autres formes d’intelligences). Le quotient digital, QD, est en revanche essentiel pour intégrer plus facilement l’IA, qui rentre aujourd’hui dans nos vies d’une manière exponentielle, et pour intégrer demain une autre technologie plus avancée, le quantique par exemple. L’intelligence digitale deviendra donc une compétence recherchée dans notre société de demain.

L’intelligence digitale est encore un concept nouveau. Le monde académique doit se l’approprier scientifiquement et poser les bases de mesure du quotient digital afin d’accompagner les organisations dans la réussite de leurs projets de transformation. Il doit s’inscrire dans une logique de co-construction afin de faire collaborer jeunes générations et entreprises sur ces nouvelles problématiques d’innovation.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ut suscipit Phasellus venenatis Aliquam pulvinar vulputate, ut eleifend nec dolor. dapibus