[Tribune] La semaine de 4 jours : futur du travail ou douce utopie ?

Linda Ameur, Directrice France chez ABBYY, revient sur le modèle classique de la semaine de travail bousculé par les changements incrémentaux vécus par le monde du travail. Elle met en avant également le rôle de la technologie pour accompagner les entreprises à s’adapter aux nouveaux modèles.

Linda Ameur, Directrice France chez ABBYY

Linda Ameur, Directrice France chez ABBYY

Le schéma classique de la semaine de travail qui court du lundi au vendredi serait-il en perdition ? Cette structure, longtemps immuable dans le monde des entreprises, est ébranlée ces derniers temps par les transformations imposées par la crise sanitaire. Véritable catalyseur des changements opérés au sein de la vie quotidienne et dans le monde du travail, la pandémie ouvre la voie vers la mise en place d’un travail hybride où d’autres nouvelles pratiques de travail prennent de l’ampleur, notamment celle de la semaine de 4 jours.

A lire aussi : Bruno Marzloff (sociologue) : « la nature et la forme du travail ne seront plus les mêmes »

Côté collaborateurs, la grande majorité serait favorable à la mise en place d’une redéfinition de la semaine de travail. C’est ce que révèle une étude menée par Citrix où 81 % des Français souhaiteraient passer à une semaine de quatre jours. Cependant, cette approche différente est-elle une perspective réaliste ? Quel impact sur la productivité des collaborateurs ? Et surtout, quel rôle la technologie devrait-elle jouer dans l’implémentation de ce nouveau mode de travail ?

S’adapter pour accompagner l’évolution du modèle

Dossier-Digital-workspace-anticiper-le-futur du travailUn pays s’illustre particulièrement sur l’adoption d’un nouveau modèle de travail basé sur la semaine de 4 jours, l’Islande, qui a conduit différents projets pilotes dont le dernier en date vient de faire ses preuves. Succès écrasant, à salaire égale, la productivité des collaborateurs a augmenté selon Autonomy, un groupe de réflexion sur l’avenir du travail. Un modèle qui est amené à se démocratiser puisque l’Espagne, le Japon ou encore les États-Unis seraient en passe d’adopter des projets tests.

Avec l’évolution du monde du travail vient également celle des nouveaux modèles d’organisation du travail. Le télétravail est un exemple concret, encore considéré il y a quelques années comme une réponse à la volonté des collaborateurs de disposer de plus de temps libre, il est aujourd’hui identifié comme un modèle d’avenir.

Le développement de solutions offrant plus de flexibilité aux entreprises a en effet changé la donne. Toutefois, il s’avère que toutes les entreprises ne sont pas prêtes à adopter ce format. Selon une enquête d’ABBYY menée fin 2020, 64 % des entreprises ont dû adopter de nouvelles technologies et de nouveaux processus, tandis que trois quarts (74 %) des employés ont déclaré avoir été confrontés à des difficultés lors du passage au travail à distance. Lorsqu’ils ont identifié la cause de leurs défis, 40 % des travailleurs ont blâmé le manque de solutions technologiques pour y parvenir.

Lors de la mise en place d’une nouvelle organisation du travail au sein de l’entreprise, l’usage de la technologie peut faciliter son implémentation. La semaine de travail de 4 jours demande ainsi un travail structurel autour de la productivité et de l’efficacité des équipes. Doter les collaborateurs d’outils numériques qui facilitent le quotidien devient alors le centre d’attention pour les entreprises afin de pérenniser l’activité.

Productivité et efficacité : au cœur des nouveaux enjeux

L’avènement des nouvelles technologies réduit les processus opérationnels et permet aux collaborateurs de se concentrer sur des missions à forte valeur ajoutée. L’analyse des données remplace ainsi le traitement des documents qui est aujourd’hui automatisé, et dote ainsi les collaborateurs de compétences digitales qui améliorent leur productivité. En outre, ces nouvelles technologies, agrémentées d’IA, optimisent les processus internes et facilitent l’identification des tâches répétitives et fastidieuses. Une aubaine pour l’adoption d’un modèle de travail plus court dont les technologies participent au bien-être des collaborateurs.

Pour l’amélioration et l’optimisation des processus, le concept de Digital Intelligence gagne progressivement en popularité au sein des entreprises. Une approche qui permet de comprendre et de maîtriser les processus opérationnels de l’entreprise pour entreprendre sereinement sa transformation digitale. Sous l’égide de la Digital Intelligence se trouvent les solutions d’exploration de processus, dont la taille du marché devrait atteindre 1,4 milliard de dollars d’ici 2023. Ces solutions permettent de mieux comprendre ce qui se passe réellement au sein de l’entreprise, et notamment d’analyser les interactions des collaborateurs avec les systèmes informatiques et les processus. Des informations précieuses pour améliorer la productivité des collaborateurs et mieux les accompagner au quotidien.

Les entreprises qui disposent des outils nécessaires pour analyser et utiliser correctement ces données obtiennent un avantage concurrentiel indéniable. Elles peuvent cartographier les processus et savoir où l’innovation technologique est la plus appropriée et où l’automatisation apportera, ou non, des économies importantes en temps et en argent. Une aide précieuse dans l’accompagnement de la mise en place d’une nouvelle organisation du travail au sein de l’entreprise.


Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mattis elit. leo. tristique ut dictum